Chapelle St-Jean ŗ BelvťdŤre

MONUMENT DE GATTIERES 06770


 

Mise à jour février 2017

Prospections Jacky Sarale, Raoul Barbès

 

 

Dans le jardin de la Liberté à Gattières, se trouvaient deux pierres, l’une semblant être un morceau de corniche posée à l’envers et l’autre comportant une inscription commémorative. 

Photos ci dessus de gauche à droite

Ces pierres ont été déplacées postérieurement à 2013, par suite de travaux dans le jardin

Selon un employé municipal rencontré sur place et qui a été présent au moment de la récupération vers 1990, elles auraient été trouvées sur le chemin de la Halte près du croisement avec le chemin  des Condamines supérieures au moment de la création d’un parking où sont stockés des containers  pour collecter des ordures et objets divers. Coordonnées approximatives 43° 45’ 50 6 N, 07° 10’ 51 3 E, Z = 339m

Il ne se souvient pas avoir vu à l’époque des représentants de services officiels quand les blocs ont été chargés et déposés à leur emplacement provisoire sur la place de la liberté, avant la construciton d'un théatre de verdure.

Etant donné leur poids ils n’ont pas dû être déplacés beaucoup depuis leur mise en place initiale pour la création du monument funéraire

Faisaien- ils partie d’un seul monument ?

Un article a été consacré à cette découverte dans PCAM qui avance l’hypothèse de leur présence près d’une voie romaine.

Dans ce livre on peut lire une traduction qui semble approximative :

« Pierre tombale romaine II - IIIème siècle

Calcaire 55x240 cm

L’une des deux pierres tombales  porte l’inscription suivante : Pour son fils Quintus Vibius Secundiano mort à l’âge de 12 ans, 6 mois, 8 jours, plein de vertus et de qualités  au dessus de son âge, pour lui-même et ses descendants, Quintus Vibius, Quirita de Castellane, a fait de son vivant édifier ce tombeau.

La localisation de ces pierres correspond probablement au tracé de la voie romaine »

 Il n'y aucun article spécifique à ce sujet selon Nicolas Katarzinsky. En revanche, on peut toujours consulter les archives de R. Dor de La Souchère aux Archives municipales d'Antibes (d'ailleurs, cet érudit a également consacré beaucoup de recherches sur le patrimoine antique). Sinon, l'ouvrage collectif "La Carte Archéologique de la Gaule" (2010) pourrait être d’une aide précieuse

Pour résumer, le linteau et le bloc, anciennement conservés au jardin de la Liberté, proviennent d'un mausolée situé au nord du village, dans le "ravin des Condamines". Il est connu depuis le XVIe siècle. Il y était toujours à la fin du XIX ème. Mais il semblerait que le monument soit démantelé et précipité au fond du vallon. Il n'y a que le bloc et le linteau qui aient été ramenés au jardin public de Gattières.

La lecture serait la suivante :

Q(uinto) Vibio Secundiano q(ui) u(ixit) a(nnis) XII / m(ensibus) VI d(iebus) VIII Q(unitus) Vibius Quir(ina tribu) Salin(ae) Capito / filio supra modum aetatis pientissimo / sibi posterisque suis uiuus fecit.


La traduction de R. Dor de La Souchère est la suivante :

A Quintus Vibius Secundianus qui a vécu 12 ans, 6 mois et 8 jours, Quintus Vibius Capito, de la tribu Quirina, originaire de Castellane, à son fils très affectueux, plus chéri encore qu’on a l’habitude de l’être à cet âge, pour lui et ses descendants, a élevé de son vivant (le monument).

Une datation pourrait être estimée au IIIe siècle, même s'il ne faut pas exclure la fin IIe - début IIIe s.

 

On ne voit pas de mention de Quirita de Castellane

 

Description des blocs

 

Le bloc sur lequel est gravée l’inscription funéraire mesure environ 2.45mX0.55mX 0.55m ; l’inscription est gravée en lettres majuscules dans un cartouche entouré de deux décors en demi-lune.

A l’arrière du bloc on peut voir trois trous à peu près carrés de 10cm de profondeur environ et de 9 cm de côté, les deux extrêmes à 30 cm des bords environ et le troisième central, pour la préhension peut être, ou l’ajustement dans le monument.

Le deuxième bloc, posé à l’envers, fait 1.25 m de long 0.60m de haut et 0.75 m de large dans la partie la plus large. Sur la face supérieure, on peut voir un smillage diagonal avec un module  de 5 cm environ. Il s’agit d’un morceau de corniche.

Dans les environs du parking où les blocs ont été récupérés on peut voir deux pierres taillées, l’une avec une platebande et smillée, en contrebas contre un arbre et l’autre contre la base du pont amont en rive droite du vallon.

Dimensions du premier bloc 40cm X 25 cm environ

Dimensions du second  75cm x 40 cm environ

En contrebas du parking le long du chemin qui va vers le pont de Carros, en rive gauche du vallon on peut voir un mur à parement courbe mais on ne voit pas de pierre du monument en réemploi.

Origine des blocs

 

Les blocs provenaient-ils de la carrière  dite de Carros ?

Déplacement des blocs

Depuis la création du théâtre en plein air, les blocs ont été déplacés au fond du jardin.

Malheureusement l'un d'eux a été cassé.

 

 

 

Bibliographie

 

 

PCAM – Patrimoine des Communes des Alpes Maritimes – éditions Flohic 2000