Chapelle St-Jean ŗ BelvťdŤre

MIRE DU MONT MACARON 06680 CANTARON


 

Mise à jour juillet 2015

Prospections : B. Mingalon, J.Sarale, R. Barbès

Photos : B.Mingalon, J.Sarale

 

A la fin du XIXème siècle l’astronome Henri Joseph Anastase Perrotin  a fait des mesures de la vitesse de la lumière, d’abord entre l’observatoire de Nice et un emplacement situé à la Gaude dans la propriété d’un ami, distant de 12 kilomètres. Des mesures de distance ont été faites par triangulation  et c’est pour cela qu’a été construite la mire du Mont Macaron. Il devait y en avoir une aussi au Mont Férion.

Un schéma de triangulation figure dans les annales  de l’observatoire de la côte d’Azur.

Puis Perrotin a fait des mesures  entre l’observatoire de Nice et le Mont Vinaigre dans l’Estérel, distant de 46 kilomètres.

Un pilier a été construit à cet endroit pour recevoir un miroir  à côté d’une ancienne tour de guet.

L’astronome voulait faire des mesures sur une distance plus grande entre Nice et le Monte Cinto en Corse mais il est mort avant d’avoir finalisé ce projet:

 

Coordonnées de la mire

43° 46’ 45 87 N,

07° 17’ 58 28 E,

Z=686m

Le bâtiment rectangulaire mesure intérieurement 2.10x3.80m. Il est construit en briques recouvertes d’enduit. Il a une grande ouverture vers le Sud. Sur les murs extérieurs on voit un certain nombre de trous servant peut être à la ventilation du local.

La toiture est constituée  par une dalle sur voutins en brique avec poutrelles en acier, avec deux légères pentes vers l’Est et vers l’Ouest.

A l’intérieur se trouve un pyramidon en pierre surmonté d’un petit massif en briques dans lequel est placé un cylindre en fonte de 150mm de diamètre légèrement incliné de telle sorte qu’on voit à travers le cylindre la coupole de l’observatoire de Nice.

L’inclinaison représente la pente entre la mire (686 m) et la coupole de l’observatoire (343 m)

Le bâtiment est orienté Nord Sud.

Il est encore en assez bon état à part l’encadrement de l’ouverture au Sud et le toit dont le mortier de couverture  est assez dégradé.

En 2014 la déclinaison magnétique est de 1°33’  Est pour Nice.

En 1900 la déclinaison magnétique était de 17°48’ Ouest pour Nice. La mire a été construite un peu avant 1900. Donc la mire était à l’époque légèrement à l’Ouest de l’observatoire par rapport au Nord géographique.

Depuis l’observatoire on voit le Mont Férion sous un azimut  de 340°, le Mont Vial sous un azimut de 310° et le Mont Vinaigre dans l’Estérel.

Sur le croquis montrant les points de triangulation, si l’observatoire est le point N la mire du Mon Macaron pourrait être le point F.

 

Que ce bâtiment du Mont Macaron, qui date de la fin du 19ème, soit à l'abandon, c'est bien dommage, d'autant plus qu'il était destiné à une mesure physique d’importance majeure.

Le restaurer avec une plaque explicative serait très souhaitable. Les réparations, si on les fait rapidement ne sont guère importantes.

Coordonnées Lambert III de quelques point remarquables

Coupole de l’observatoire de Nice  999558.64  170650.36

Mont Macaron  999676.34  176972.54

Mont Viale  986664.65  188525.35

 

Sur le site :

http://histoire-cnrs.revues.org/1723

 

On trouve l’histoire de l’observatoire  de Nice écrit par Jean Louis Heudier

 On peut lire dans un texte qu'il a écrit à propos du Grand Méridien de l’observatoire de Nice :

« La mire Sud placée au sud était placée à 1.90m au sud du bâtiment (de l’observatoire)

La mire Nord était une invention d’Alfred Cornu (1841-1902) et d’Hippolyte  Fizeau. Elle était située  au Mont Macaron à 6.5km de l’instrument, et garantissait une qualité d’image exceptionnelle pour le cercle méridien  des frères Brunner. Elle fut même utilisée pour les réglages du cercle méridien portatif  de Paul Gautier bien que celui-ci fut placé 25m plus à l’Est par rapport au grand méridien

 En prenant plein sud depuis le pilier (donc tombant plus bas sur la colline de l'observatoire) ce trait passe à 25 m environ du bâtiment de la mire ce qui laisse supposer que ce pilier est peut-être le tombant de ce méridien portatif décrit dans le texte"

 

Sur le site :

http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/84/83/06/PDF/Article_paru.pdf

On peut lire des renseignements sur les mesures de triangulation. Le Mont Férion et le Cap Roux  dans l’Estérel sont cités

 

Sur Internet, en tapant « Henri Joseph Anastase Perrotin » on trouve l’histoire des mesures, très précises pour l’époque.

En tapant « observatoire du Mont Mounier » on peut voir l’histoire de ce site et des photos anciennes. L’association AMONT a fait paraitre un article au sujet de cet observatoire.

Il devait servir notamment aux mesures avec la Corse qui ne purent avoir lieu du fait du décès de Monsieur Perrotin

De même on peut consulter « observatoire du Mont Vinaigre »

 

Les dernières mesures de vitesse de la lumière donnent : 299 792 458 kilomètres par seconde alors que l’astronome était arrivé à 299 880 000 kilomètres par seconde plus ou moins 50 kilomètres par seconde. Ses mesures ont fait foi pendant quelques années