Mise à jour juillet 2012

Prospexctiosn et photos Jacky Sarale, Raoul De gauche à droite: oratoire, De gauc

Point du Ramingao ŗ Roquebrune Cap-Martin

LA VOIE ROMAINE ENTREVAUX 04320  BRIANCONNET 06850

 

Mise à jour décembre 2012

Prospection et photos Jacky Sarale, Raoul Barbès

On a des témoignages de présence dans ces villages à l’époque romaine et au Haut Moyen Age.

 

A Entrevaux on peut voir notamment un sarcophage à ascia non chrétien à cause de l’invocation  aux dieux mânes et une cuve baptismale. Ces témoins se trouvent au musée de la Poudrière mais ont été trouvés dans le parc de l’Hôpital, sur le site principal de Glandèves.

A Briançonnet se trouvent plusieurs stèles romaines incorporées dans le soubassement du mur sud de l’église, dans le mur d’un bâtiment et près du cimetière.

 

Sur la carte de Cassini du XVIIIème, on peut voir le tracé d'une voie qui est peut être celui de l’époque romaine.

 

En quittant Entrevaux, la voie présumée suivait peut être le tracé du GR 4 balisé en rouge sur la carte au 1/25000 ème.

Mais cette thèse est contestée par Manuel Masse () qui invalide le tracé de Chavane () entre le Col du Buis et Entrevaux. En ce qui concerne la portion Col du Buis-Briançonnet, pour Manuel Masse, elle est correcte compte-tenu de la présence d'un milliaire. A partir du Col du Buis vers Entrevaux, il reprend le tracé d'Arnaud, mais au lieu de le faire bifurquer vers Castellet Saint-Cassien par le lieu-dit "Les Cabanes", il le fait continuer vers le Col du Trébuchet pour redescendre ensuite vers Entrevaux par le lieu-dit "La Bâtie Neuve" (sans descendre sur Castellet Saint-Cassien). A son avis, le tracé qu'avait imaginé Arnaud directement de Notre-Dame d'Amirat à Castellet Saint-Cassien est possible, à condition de le faire remonter ensuite par la Bâtie-Neuve, puisqu'il existe un site à Castellet. Mais pour M.Masse, c'est un tracé secondaire, et non principal comme le pensait Arnaud, car plus contraignant que celui proposé par le Col du Trébuchet.

Le chemin ancien passait près de la chapelle Saint Antoine.

La mention de chapelles et des oratoires est utile car elle constitue un bon balisage sans être une preuve formelle de la proximité des voies.

 

Entre Entrevaux et la borne  du GR4 : 43°56’42 N, 006°48’46.6 E Z=539, le chemin a été très dégradé par le ravinement.

Au point 43°56’42.2N 006°48’46.6E Z=603 on observe une ruine d’époque indéterminée

En montant on observe que la voie avait une emprise de 3 mètres environ, qu’elle porte des traces de pavage par endroits et des caniveaux transversaux.

Photos de gauche à droite: point du GR 4, vue du village depuis la voie, traces de pavage, ruine indéterminée au bord de la voie

Il n’a pas été observé de traces d’ornières sur les parties parcourues.

En amont de la cote 757 le chemin passe dans les bois et on voit bien l’emprise.

L’ancienne voie sur 50 mètres environ dans le ravin du Gros vallon en rive droite est soutenue le long du ruisseau par un mur de soutènement en gros blocs 43° 56’ 36.8N, 006°48’27.2 E. Le ruisseau se traversait à gué.

De gauche à droite passage: dans les bois, soutènement le long du ruisseau, Félines, pyramide cassée

Sur la carte de Cassini, le nom de Félines est mentionné :

 43°55’40.9N, 006°47’54.0 E, Z= 892 et à cet endroit on trouve actuellement des bâtiments remaniés et agrandis plusieurs fois à partir de bâtiments anciens.

Dans les murs sont incorporés des morceaux de tuiles rondes mais on ne peut dire s’il s’agit d’imbrix, et l’on voit aussi des morceaux de dallage ancien. Il y a une source et un beau plateau à cet endroit qui aurait très bien pu accueillir un établissement romain.

Au col de Félines, la voie traversait en diagonale la route et était très légèrement surélevée par rapport au pré.

Au pied d’un arbre on peut observer une pierre cassée taillée en forme de pyramide.

43°55’22.1N, 006°47’00.1E, Z= 947

De gauche à droite:

oratoire, ancien relai présumé, village du Serre

Jusqu‘au lieudit le Serre où convergent quatre routes, la route ancienne était toujours confondue avec le GR 4.

Sur la carte de Cassini cet endroit est mentionné sous le nom « Le Cabaret ». Un peu en amont se trouve un oratoire dédié à Saint Laurent 43°54’43.1N, 006°47’00.1E Z=840. Avant de traverser le ruisseau, la route passe entre deux bâtiments anciens. Celui en aval de la route a été très remanié.

Celui en amont comporte un cadran solaire en mauvais état et sur le côté une porte cochère.43°54’39.1N 006°47’00.1E Z=798

Cet ensemble pouvait très bien justifier son nom  et abriter une auberge, voire un relais.

L'arche comporte un arc de décharge. 43°54’37.1N 006°47’45.1e Z=792

Les parois de la voute de l’arc du pont sont en tuf en gros blocs bien appareillés. Il n’a pas été relevé de date sur le pont. La route a été probablement élargie du côté amont car sur le côté aval on observe plusieurs contreforts mais pas sur le côté amont.

Entre le Serre et le col du Buis la route actuelle reprend probablement exactement le tracé de la voie ancienne en service au XVIIIème siècle au moins étant donné les pentes observées. Le nom de ce col ne figure pas sur la carte de Cassini ; mais en allant au sud vers Briançonnet la route actuelle est probablement en grande partie sur l’emprise de la voie ancienne.

Au point 43°52’48 5 N, 006°46’43 4 E H= 1180 m, on observe une borne milliaire qui a un socle de 30 cm de haut environ et un haut tronqué d’environ 1 mètre, et un diamètre de 80 cm environ. Il n’a pas été remarqué d’inscription. La patine de la partie haute est différente de celle de la partie basse.

Cette borne a été signalée par Lionel Carlès. Selon un ancien du village de Briançonnet la borne avait été renversée (?) au cours de travaux mais se trouvait précédemment au même emplacement.

Plus bas sur la route se trouve un oratoire avec un petit bénitier creusé dans le rocher

43°52’26.7N  006°45’59.2E Z=1097.

 La carte de Cassini fait apparaitre un grand virage  de la voie ancienne. Sur la carte au1/25000 ème, on peut voir un tracé en pointillé.

Deux points notés sur ce tracé sont A 43°52’20.1N 006°46’00.1E et B 43°52’30.1E Z=1177

Ce tracé est celui repris sur la carte d’Etat Major de 1878

Si l’on suit ce chemin on constate qu’il bifurque sur la droite et qu’il est interrompu au droit d’un grand éboulement.

De gauche à droite:

oratoire  et détail de ce qui ressemble à un bénitier

Ce rocher pourrait avoir servi de borne

Si l’on mesure la distance entre la borne milliaire et l’oratoire, par la voie ancienne on trouve environ un mille romain. Et si l’on mesure la distance entre l’oratoire et le village de Briançonnet on trouve à peu près la même distance en tenant compte de la pente de la route. Si la borne milliaire est en place, la suivante en allant vers Briançonnet pourrait donc être le rocher lui même sur lequel est plantée la croix 43°52’26.7N  006°45’59.6E  Z=1098

 

En poursuivant au-delà de l’éboulement on retrouve le chemin qui rejoignait plus haut la route actuelle. Il s’agit donc bien de l’ancien tracé qui passait au dessus des falaises qui bordent en partie la route actuelle côté amont, ce qui montre la bonne précision de la carte de Cassini.

En aval de l’oratoire, les emprises de la route ancienne et actuelle se confondent à nouveau et on passe au droit de la chapelle Saint Joseph. Celle-ci est mentionnée sur la carte de Cassini.

L’intérieur est en mauvais état mais on peut observer sur le mur du fond près de la voute un morceau de fresque de moins d’un mètre carré qu’il serait bon de sauver après un entretien de la chapelle.

Dans le cimetière de Briançonnet se trouve une borne qui sert de socle à une croix et qui aurait été récupérée sur la voie référence PCAM ()

 

Bibliographie

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Chavane Vincent - Description d'une voie romaine  reliant Castellane à Briançonnet et Entrevaux (Glandèves) - Archeam N° 7 année 1999-2000

Masse Manuel - conservateur du patrimoine - conservateur du musée de la gendarmerie - sur la voie antique de Briançonnet à Entrevaux sur la piste de Glandèves - Archeam N° 18  année 2012

PCAM, patrimoine des communes des Alpes Maritimes

 

Divers dossiers internet notamment sur

Briançonnet

Entrevaux

Sites de Glandèves