Point du Ramingao ŗ Roquebrune Cap-Martin

ROUTE ROYALE DE NICE A TENDE - QUATRIEME PARTIE - SOSPEL GIANDOLA

A gauche carte de Saluzzo

Photos Henri Guigues, Louis Carlot, Jacky Sarale, Raoul Barbès

Mise à jour février 2016

L'ensemble du dossier sur la Route Royale est divisé en six parties, plus un dossier sur la maison de la Ca: la Ca Tende

Généralités, études antérieures, plans: généralités sur la route royale

Nice - l'Escarène: Route royale Nice l'Escarene

L'Escarène -Sospel: Route royale l'Escarene Sospel

Sospel -La Giandola

La Giandola - Tende:Route royale Giandola Tende

Tende - Col de Tende: Route royale Tende col de Tende

 

En quittant Sospel la route traversait la Bevera en aval du vieux pont avec la tour centrale.

Ce pont n'existait pas en 1773 comme on peut le voir sur une carte non signée mais datée de juin 1773 ( N° XXIV des archives royales de Turin)

Selon G. Casalis () page 320 volume XX - 1850, deux ponts furent construits en 1779, ("in cotto", en brique?),  sur les dessins et sous la direction de l'ingénieur Capellino aux frais de l'agence générale des ponts et routes. L'un des deux est très probablement le pont aval supportant la route royale qui figure sur la carte de Saluzzo, et l'autre peut être le vieux pont reconstruit. Le pont actuel a été reconstruit après la deuxième guerre mondiale.

Roger Gnech en donne une photo avant sa destruction.

Casalis mentionne également d'ailleurs qu'un pont sur le Merlanson a été construit en 1780 aux frais de la commune.

La route royale et l'ancienne route qui traversait la partie de la ville en rive gauche se rejoignaient au droit de la chapelle Saint Sebastien.

Cette chapelle a été décrite par Luc Thévenon () page 180.

De gauche à droite, chapelle Saint Sebastien et dédicace, et oratoire des trois saints

Plus loin se trouve un oratoire avec la représentation de Saint Protais, Sainte Apolline et Saint Gervais.

A gauche plan de Sospel en Juin 1773 réference XXIV des archives royales de Turin.

A droite la carte non datée relative au parcours Sospel pont de la Nieia

Un projet sarde non daté permet de voir l'ancien tracé  (BPM du plan), qui a été remplacé par le tracé actuel  c'est à dire à peu près le tracé BOFM du plan.

Référence: archivio di Stato di Torino-Beni culturali-carte topografiche e disegni segrete Sospello 9 A Rosso

L'ancien tracé correspondait à peu près à la route du Domaine de la Source, début du GR 510 vers Olivetta, puis remontait jusqu'à l'endroit où se trouve l'oratoire des trois saints à peu près le point F du plan (borne 97). On voit bien cet ancien chemin sur la carte de Saluzzo qui passait ensuite par la Puella, après une montée assez raide.

La route actuelle passe près d'une propriété en contrebas du carrefour avec la route D 93 vers Olivetta, (trajet FGHK ). Il semble que le projet envisageait de faire passer la route au lieudit la Puella, peut être pour éviter de passer dans la propriété monastique  ( S. Gervasio Communita du plan) qui se trouvait en aval du carrefour avec la route d'Olivetta D93 ou pour desservir la Puella.  Ce projet n'a pas eu de suite. La chapelle du Sacré Coeur du Golf, décrite par Luc Thévenon () page 180, que l'on peut voir dans la propriété privée en contrebas date de 1944 et correspond à un voeu fait pendant la deuxième guerre mondiale. Dans des tranchées que les allemands avaient fait creuser à cet endroit on aurait trouvé des ossements. Ces renseignements sur les tranchées ont été fournis par un riverain.

Sur la carte non datée du secteur on croit lire "S Gervasio communita"

A propos de S. Gervais (S. Gervasio), G. Casalis note dans le tome B 8150 page 285, ici traduite de l'italien:"lieu à l'est de Sospel; a été prieuré des templiers fondateurs en 1180, fur érigé ensuite en commende de SS Mauice et Lazare en 1604, a été patronnée par les Gubernatis qui fondèrent un autre établissement sous la dénommination de S. Gerolamo sur la montagne de Turin".

Dans la partie droite du plan mentionné ci dessus on peut voir le tracé KCLR et le tracé KIR

Dans le cartouche on peut lire que le tracé KCLR a été proposé à la place de l'autre. La route actuelle suit peut être un parcours intermédiaire.

Roger Gnech a étudié les anciens chemins ayant précédé la route dans ce secteur, voir partie précédente.

Le pont de la Nieya a été détruit pendant la deuxième guerre mondiale et reconstruit depuis. L'ancienne route avait peut-être la même emprise et la route que l'on voit en contrebas du pont  serait peut-être une route provisoire faite pendant la guerre.

Immédiatement après le pont côté amont la maison serait un ancien relas avec auberge. Elle a été très remaniée.

Photos du lieudit Bel Aqua

Sur la route du col de Brouis « Brois », au lieudit Bel Aqua, se trouve une fontaine et des bâtiments en ruines qui devaient constituer une halte pour se rafraîchir et éventuellement pour se restaurer. On voit des traces de cheminées, mais pas de construction caractéristique d’une éventuelle écurie.

Sur la carte de Saluzzo est mentionné le pont de la Nieia « Ponte della Nieia » avant le lieudit  « S. G.. », puis le « colle del Perus » et le col de Brouis « colle di Brois ». Le pont de la Nieya est parfois qualifié de pont Sorgino.

 

Le pont que l’on voit sur une gravure de Chianale du camp de Brouis en 1793 signalé par erreur camp de Braus dans Nice Historique de 1991, est le pont de la cote 823.

Entre le pont et le col, sur la gravure on voit deux lacets. La route moderne comporte deux lacets supplémentaires.

 

  Ce pont a été élargi pour faire passer la route actuelle. Comme sur le côté amont du pont on voit des tirants et des clés mais pas côté aval, on peut penser que l'élargissement a été fait côté aval.

Sur le côté amont du pont on voit la trace de l'ancienne route qui était un peu plus basse à cet endroit que la route actuelle.

Au col de Brouis existe une construction moderne, peut être sur l’emplacement d’un ancien relais, ou au moins des écuries pour les chevaux. Une vieille photo produite par Charles Botton et Michel Braun () page 150 montre un certain nombre de bâtiments détruits depuis.

Photos ci contre de gauche à droite:

Abri du vallon de Pinea

Oratoire

Au vallon de la Pinea (borne 130 de la carte au 1/25000ème), on observe une ruine correspondant à un ancien abri rustique vouté avec une grande niche de chaque côté.  A Breil ce genre d'abri est appelé "crotta".

On voit le tracé de la route royale qui traversait le vallon un peu plus en amont dans le vallon que la route moderne.

Un peu plus haut sur la route côté aval de la route, se trouve un oratoire qui figurait déjà sur la carte des archives royales de Turin. 

Plus bas et sur le côté aval de la route existe aussi un autre oratoire de même style mais qui ne figurait pas sur la carte de Turin

En descendant vers la Giandola, il semble qu’il y avait une source au droit du château de Veune « Fonte di Vo ».

De gauche à droite:

ensemble de la maison

Pierre gravée

Chapelle Saint François

Extrait du plan cadastral

Avant d’arriver à Breil sur Roya au lieudit Nougaret se trouve une chapelle et une construction avec deux portes voûtées qui pourraient avoir servi de relais.

L'histoire de la fondation de cette chapelle Saint François par la famille Cachiardi a été racontée par Charles Botton dans son histoire de Breil et des Breillois.

Cette chapelle ne figure pas sur le plan des archives Royales de Turin de 1762 mais elle a peut être été construite peu après.

Les bâtiments figurent sur le cadastre de 1864 sous les numéros  J2 Veune : 381,382 pour la chapelle et 379,380 pour les bâtiments

Les deux lacets actuels correspondent probablement au tracé de l’ancienne route

Une pierre gravée dans le mur de soutènement en face de la chapelle signale la réfection de la route par Cacciardi de Montfleury dont la traduction a été aimablement communiquée par Charles Botton ().

 

Sur une carte de Breil non datée N° XXXIV des archives royales de Turin on voit un grand S figurant peut être la route ou un avant projet dans le quartier Nougaret.

Charles Botton a parlé de la plaque (voir photo ci dessus) dans les termes suivants dans l’Histoire de Breil et des Breillois, pages 118 à 120 :

« A l’époque des travaux, Charles Antoine Cacciardi, l’ancien capitaine des milices de Breil, fait bâtir un mur de soutènement de sa propriété  en bordure de la nouvelle voie… et pour que les passants sachent qu’il a fait exécuter ce travail à ses frais, il fait graver l’inscription suivante sur un gros bloc de pierre  encastré dans la partie haute du mur, en voici la traduction faite par M Hidelsheimer :

« année du seigneur 1786, Charles Antoine Cacciardi a élevé, construit ce mur  grâce à l’art et au travail assidu d’Antoine Torelli.

Assiduo labor étant la devise  des Cacciardi »

A la suite d’un éboulement, la pierre avait été un certain temps stockée dans le pré au dessus de la route mais elle a été remise en place par les soins du propriétaire actuel.

Selon Charles Botton sur le même mur un peu plus bas deux blocs qui n'ont pas été localisés portent l’inscription  suivante :

MDCCLXXXV et CIT

A la Giandola l’ancien relais a été détruit. Il correspondait à l’Hôtel des Etrangers et était qualifié de bon en 1890 par JC Hare(), page 550.

Une photo ancienne communiquée par Charles Botton montre l’ancien bâtiment dont l’historique a été fait en particulier par José Banaudo (), page 9.

 

Un officier en parle également dans son rapport en 1736. Voir dossier Internet:

Nice Tende en 1736

A propos de la Giandola, JC Hare dit que ce village est merveilleusement situé au confluent de la Roya et de la Maille

Bibliographie

Banaudo José, Le Haut Pays N° 69 Juillet 2007

Botton Charles et Braun Michel, le col de Tende, éditions du Cabri 1991 

Carte de Bourcet milieu du XVIIIème siècle

Casalis Georges - Dizionario geografico storico statistico commerciale compilato per cura del Professore e Dottore di Belle Lettere - 1850 Turin

Hare AJC, South Eastern France, George Allen 8 Bell Yard,Temple Bar London, and Sunnyside Orpington

Non signé « Routes d’Antibes à Coni et de Coni à Asti, et la traverse d’Antibes à Barcelonnette » Ce texte est un rapport extrait de la collection du Ministère de la défense, SHD, département de l’armée de terre, 1 VD 34 art 4 sect 1 parag 5, 4°  C1, N°13,

Lacroix Jean Bernard – les ponts des Alpes Maritimes du Moyen Age au XXème siècle – Nice Historique octobre Décembre 2005

Real Strada _ Cahiers des Alpes maritimes N° 10 CAUE 1993

Sillons, les cartes postales racontent les Alpes du Sud, éditions Serre 1979

Thévenon Luc - Les arts dans le pays sospellois - Nice Historique N°3 1999  

Wagner –les travaux du tunnel de Tende en 1878 www.archeo-alpi-maritimi.com

(dossier Histoire)