Dasn son blog Domi Traces et souvenirs

 


MOULINS DU QUARTIER DU RAY - NICE


Mise à jour mai 2013

 

Recherches: Françoise Prost, B. Mingalon, Raoul Barbès, José Maria  

Les documents joints donnent le détail des matériels utilisés au XIXème siècle dans ce type de moulins

Dans le quartier du Ray se trouvent trois sources importantes :

Font Sante, coordonnées approximatives : 43° 44’ 07 N, 07° 15’ 30 E, H= 175 m

Mouraille coordonnées approximatives : 43° 43’52 N, 07°15’32 E, H= 126 m

Fontaine du Temple.

Cose., page 78, traduit par Hervé Barelli(), le 11 février 1642, « la source de Fuont Santa a jailli »

C’était une source intermittente célèbre à l’époque selon Hervé Barelli ()

La source de Mouraille a été en partie captée dès l’antiquité pour alimenter Cemenelum (cote environ 115 m) et ceci a fait l’objet de divers articles, notamment de Jean Paul Clébert () page 92 qui reproduit un plan de Couissin.

La fontaine de Mouraille a été signalée par Risso en 1744 selon Louis Roubaudi ()

     

 

Un tableau de  Clément Roassal (vues de Nice page 143) vers 1830 en donne une idée.

Sur un tableau du même auteur (Le pays de Nice et ses peintres) page 69, intitulé le festin du Ray on voit un aqueduc dont l’eau se déverse sur une roue de moulin non identifié.

On lui doit également  Moulin à Fuont Santa, huile sur toile, (Le pays de Nice et ses peintres) page 72

Du même auteur on voit un tableau montrant la cascade de Mouraille (Le pays de Nice  et ses peintres, page 71)

 

D’autres peintres ont travaillé également sur le sujet, notamment, on peut citer

Ferme du Ray non attribué mais probablement un moulin

Moulin au Ray de Joseph Fricero  (1807- 1878) aquarelle datée de 1848

Pont aqueduc et maison, de Hercule Trachel (1820-1872) correspondant probablement à un moulin.

Ces deux dernières photos proviennent du catalogue de l’Academia Nissarda

(Le pays de Nice et ses peintres)

 

Le nom des propriétaires n’a pas été identifié sur ces oeuvres.

 

Textes anciens - traduction du dictionnaire de  Casalis()

Fontaine de Mouraille

 

« Au pied de la colline de Gairaut, à environ une lieue de Nice on trouve un cours d’eau auquel on donne le nom de fontaine de Mouraille, du nom du propriétaire du terrain, où cette eau sort d’une ouverture faite dans la roche, qui, lorsqu’elle n’était pas fermée comme elle l’est actuellement, laissait apparaître un aqueduc se prolongeant sous la montagne et dont on ignore la longueur. Cet aqueduc est une oeuvre romaine.

On dit que plusieurs personnes entrèrent dans ce souterrain vouté sans pouvoir aller jusqu’à la source. Celle-ci selon ce qu’on dit se divise intérieurement en trois canaux et comporte une inscription en marbre maintenant toute corrodée ; on transporte évidemment l’eau  dans le site où se trouvait l’antique cité de Cimella. C’est une eau excellente et très fraiche.

Principalement elle fait actionner divers moulins  dans le vallon de Mouraille, qui est un des lieux les plus pittoresques des environs de Nizza et sert aussi à l’irrigation des terres »

Risso en donne une description poétique : « La fontaine Mouraglia sise dans la vallée de Gairaut est assez considérable pour avoir engagé les romains dans le temps à conduire ses eaux autour de l’ancienne ville de Cimiez. Il existe dans l’intérieur  des canaux de cette source une inscription en marbre portant le nom de l’entrepreneur de cette fontaine dont on déchiffre encore quelques lettres. Cette fontaine méritera un jour d’être chantée par nos poètes ; on ne manquera pas de décrire son site aussi simple  que majestueux, les oliviers, les chênes, les myrtes qui l’entourent. On célèbrera l’abondance, la fraicheur, la limpidité de ses eaux ; on fera remarquer ce gazon d’un vert gai, cette belle pelouse de cryptogames, et toutes les charmilles qui se détachent des rochers couverts d’adiantes et de capillaires »

Fontaine du Temple

 

A une distance d’une demi-lieue de cet endroit, au fond de la vallée du Tempio, se trouve une source plus abondante que la précédente et qu’on nomme ainsi del Tempio.

Les eaux sortent d’un édifice  en pierre, de construction romaine formant une voute sous laquelle on voit au niveau du sol d’autres petits courants d’eau qui viennent se réunir sous la grande voute. On pense  qu’elles proviennent de la Vesubia au moyen d’un aqueduc souterrain à travers les montagnes. Ce qui rend probable cette opinion, c’est que le point auquel la tradition assigne la prise d’eau porte aussi le nom de Tempio. Il est situé entre Duranus et le Cros, bourgade d’Utelle, au milieu d’énormes roches taillées au pic.

Une inscription sculptée dans le lit même de la rivière, laisse espérer quelque indication à l’appui de cette opinion populaire ; mais cette inscription est totalement corrodée à part les mots EZA, et 1648. Et elle ne pourrait pas  se référer à l’époque des romains, ni à l’époque à laquelle Paganino del Pozzo, directeur général des gabelles fit ouvrir (1430) pour le transport du sel de Nizza en Piemonte, une route portant son nom, laquelle se poursuivait le long de la rivière. Le lit de la rivière, à cet endroit, dit Il Tempio, étant très encaissé et très sinueux il est vraisemblable que le roc sur lequel fut sculptée la dite épigraphe, a été taillé en 1648 pour élargir les bords  latéraux  et pour permettre le passage des bois.

Il y a des opinions différentes  à propos du nom de Tempio donné à la vallée dont on parle. Selon certains ce serait une corruption du nom de « Tempe », propre à une vallée très riante  de Tessalia. D’autres y cherchent les vestiges du temple où Porcilla mère de Giulio Agricola, fut tué par les soldats de Ottone Silvio.

Mais il semble vraisemblable qu’une telle dénomination provienne des templiers, qui dans ce secteur possédaient une riche maison et une église sous le nom de Sta Maria del Tempio, dont on voit encore les ruines dans une propriété  de la dame Raybaut née Masseille.

Parmi les curieux documents qui existaient en 1608 dans les archives de Nizza, on peut lire que les templiers possédaient dans cette cité un hospice, dont les revenus après l’abolition de leur ordre constituèrent une commende appelée commende de Nizza ».

Note : Le canal actuel de la Vésubie a été commencé à partir de 1851 et livré en 1885.

« Les eaux de la Fontaine du Temple font marcher plusieurs moulins à grain et à huile ; ils servaient autrefois à un martinet, à une papeterie et à d’autre édifices aujourd’hui détruits ; elles fertilisent maintenant les campagnes environnantes, et arrosent toute la portion du territoire de Nizza, qui comprend la vallée du Tempio, et les quartiers du Ray, de S. Bartolommeo et Campolungo jusqu’à la mer ».

De son côté Risso écrit : Entre le quartier de la Serena et de Gairaut, à une lieue et demie de distance de la ville, existe la fontaine mémorable du Temple, voutée en pierre de taille, qu’on croit romaine, vive et abondante elle coule dans un beau vallon où sont les restes d’un martinet, et autres fabriques qui y existaient autrefois.

Cette source jaillit de trois côtés différents au milieu d’un terrain tertiaire qui s’adosse  en cet endroit sur le calcaire jurassique. Elle arrose les campagnes des quartiers voisins, fait mouvoir un grand nombre de moulins à huile, à farine, et se subdivise en une infinité  de petits canaux depuis sa source jusqu’à la mer »

Risso ne mentionne rien sur la Vésubie.

 

Fontana Santa

« La Fontana Santa qui déverse ses eaux dans le vallon de Mouraille est intermittente.  Elle sourd sous une énorme masse de calcaire compact. Il se passe parfois des années entières  sans donner des signes de son existence, même par temps de pluies longues et importantes, et à l’opposé parfois elle sourd avec impétuosité durant une sécheresse générale. Depuis des temps très reculés, le vulgaire faisait de singuliers pronostics à l’apparition de la source à qui on donne le nom de Fontana Santa  et aussi de fontaine miraculeuse. Quand l’eau était abondante en période de sécheresse, cela voulait dire l’annonce de grands malheurs, si elle n’apparaissait pas en temps de pluie  cela signifiait prospérité et l’annonce de copieuses récoltes.

Risso note à son sujet : « La plus remarquable et la plus célèbre de toutes nos sources  est celle connue sous le nom de Fontaine Sainte, Fuont Santa, qui se montre de temps à autre, dans la vallée de Gairaut. Cette fontaine intermittente jaillit de dessous d’un grand bloc de calcaire compact et sort avec bruit, en emportant quelquefois des débris de briques et des anguilles de très fortes dimensions.

Son apparition n’est pas constante non plus que son volume ni la durée de ses écoulements. Elle tarit  et reste six mois, une année sans donner la moindre trace  de son existence ; Ainsi les gens crédules ne manquent-ils jamais de prédire de grands évènements à chacune des apparitions »

Texte de Denis Ghiraldi () La fontaine de Gairaut

La fontaine de Gairaut était une source qui ne coulait que par intermittences fort souvent très espacées dans le temps. On considérait jadis  que les résurgences étaient des mauvais présages annonçant des catastrophes: guerres ou épidémies, comme le souligne Gioffredo dans Nicaea Civitas page 27. Dans ses  épigrammes, Giofffredo célèbre la Fuont Santa. Scaliero (volume 1, page 76 et volume 2 page 579) dit que cette source annonçait, lorsqu'elle coulait, un évènement important, soit heureux, soit malheureux. Il donna comme exemple  de malheur, la mort de Charles Emmanuel II, peu de temps avant laquelle la Fuont Santa avait coulé, et ce fut sans doute à ce dernier que Gioffredo fait allusion dans son épigramme. Durante, historien de Nice (tome II page 504 en note) dit que la tradition voulait que ce fut la sécheresse de la source qui soit de mauvais augure. Une quarantaine d'années avant la publication des épigrammes de Gioffredo, un autre niçois, Antoine Louis Audiberti, médecin  et poète, avait déjà composé un poème intitulé De Fonte Sancto, imprimé à Nice chez Romero en 1643 (cf Toselli, Biographie niçoise, I, 53)

 

Les fontaines de Mouraille d'après une carte postale ancienne aimablement communiquée par José Maria

La source dite « la Fontaine du Temple »  a donné son nom au quartier éponyme où il y avait jadis de nombreuses cressonnières notamment.

Cette Fontaine a également fait l’objet d’un tableau de Clément Roassal vers 1830 (vues de Nice page 145)

Ces sources ont permis d’alimenter de nombreux moulins

Sur la cadastre napoléonien on peut en repérer au moins sept dans le quartier dont trois à Mouraille une au Ray et quatre en aval de la Fontaine du Temple avec les canaux d’alimentation. (Sections Nice Cimiez Saint Barthélemy Gairaut B1, B2, G3, etc…)

 

Cadastre de 1812

Henri Geist  () a fait une étude très complète intitulée « Les moulins de la commune de Nice  en 1812 ». Dans le plan parcellaire terminé le 22 mars 1812 il est indiqué le type de moulin à huile et à farine.

En page 129 dans un grand secteur autour du Ray il est noté 17 moulins à eau dont 10 à farine, dont 9 à sang.

Le nom de Falicon n’apparait dans aucun des noms de propriétaires cités, voir annexe.

Par contre on peut lire un Bermond  dans la section R moulin à deux tournans parcelle 26, et un Peyre, section R, moulin à huile à sang parcelle 461. S’il s’agit de Peyre de la Coste, il avait émigré et ses biens confisqués mais en 1812 il était décédé.

 

 

Cadastre de 1871

 

Plan section B2

 

Sur ce plan,  en allant du Nord au Sud on voit un premier ensemble  cadastré 330, 331, 333, 337, 338  en rive droite du vallon de Gairaut  avec un captage sur le vallon et un canal en rive droite.

On voit un deuxième ensemble cadastré 171, 172, 169bis, 173, 176 alimenté par le même canal qui passe ensuite en rive gauche du vallon pour alimenter un autre ensemble  cadastré 280, 282, 283.

La propriété située au point 43°43'57"92 N, 07°15'35"72 E pourrait se situer à l'emplacement de l'ancien moulin ou la grande roue était encore visible dans le courant du XXème siècle

 

Plan section B1

 

Sur ce plan, on voit un captage à La Fontaine du Temple qui se divise un peu au sud en deux branches.

La branche amont alimente un premier ensemble cadastré 56, 61, 62, 64, 65, 66, 87, 88, 89 puis continue vers un deuxième ensemble cadastré 78, 79, 80,81, 82, 83

La branche aval du canal dessert un ensemble cadastré 29, 30, 31

 

Plan section G2

 

Sur ce plan on voit un moulin dénommé « moulin à huile » en bordure du chemin vicinal du Ray à Nice au nord de la villa Cais de Pierlas, cadastré 181 et un peu plus à l’est une chocolaterie, parcelle 182.

On ne voit pas le canal d’alimentation.

 

Plan section G3

 

Le ruisseau du Ray est plus ou moins Nord sud.

On voit un canal en rive droite  alimentant un ensemble cadastré 407, 408, 409

Puis un ensemble 385, 387, 388, 389, 390

Le canal passe ensuite en rive gauche parallèle au ruisseau, pour alimenter un ensemble 353, 355, 356

Le canal se prolonge en rive gauche pour alimenter un ensemble 340,  341, 342, 343

 

Traces et souvenirs

Dans son blog, Dominique Boy Mottard  a publié un article en 2008 sur le vallon des Mourailles. Elle y parle de bassins de décantation qui existent toujours dans la propriété Cauvin. Par ailleurs elle mentionne qu'on peut voir des traces d'un canal dans la Résidence des balcons du Ray avenue Charles Baudelaire  avec une vanne dont elle publie la photo.

B Mingalon  se souvient d'un aqueduc  arrivant sur un à pic  sur le mamelon en amont du centre EDF, et peut être d'un moulin à la place du magasin Casino de la Place du Ray

 

Documents

 

On possède par ailleurs les éléments suivants.

 

Un acte d’achat d’un moulin par le Comte Henry de Falicon le 14 mars 1859 du Sieur Bermond, avec une description détaillée du matériel (voir annexe 1). Cet acte mentionne les confronts mais non les numéros de parcelles. Le plan parcellaire de 1812 était encore en vigueur  (voir annexe )

Dans cet inventaire sont cités les moulins suivants :

Moulins à huile, avec seconde mare à l’est

Moulin à farine de l’ouest

Moulin de l’est  (à farine en fonction de l’appareillage)

Moulin à grande roue (à farine en fonction de l’appareillage)

 

On possède aussi un inventaire du 22 février 1864 (voir annexe 2)

 

Henri Geist a pu  également photographier le moulin Cauvin 32 avenue de Gairaut qui n’est plus en service mais possède ses installations.

Il pouvait correspondre d’après lui  à la section R N° 466, 499, 500

Un article de Raoul Nathiez (), intitulé « dans le Domaine de Falicon » est consacré au témoignage de Thérèse Romeo née Fighera, fille de Philomène Bensa ; Elle parle de la villa Prediletta propriété des Falicon aujourd’hui disparue, elle parle de la ferme, des animaux mais ne mentionne pas les moulins.

Sous l’Empire il a été demandé aux maires un inventaire des moulins à farine situés sur leur commune.

Ceci pourrait donner des indications sur les moulins existant à ce moment

 

ANNEXE 1

Recherches F Prost

CARTON 14

LE 14 MARS 1859 VINCENT BERMOND, MEUNIER, VEND AU COMTE HENRY RENAUD DE FALICON UN BIEN- FONDS SITUE AU  RAY POUR LA SOMME DE 54 000 LIRES CHEZ LE NOTAIRE CHARLES ARNULF COMPOSE DE :

UN TERRAIN COMPLANTE D’ARBRES FRUITIERS, EN PARTIE CULTIVE ET EN GRANDE PARTIE PRAIRIAL, LE TOUT ARROSABLE PAR LES EAUX DE LA SOURCE DU TEMPLE AVEC SES BATIMENTS, LOGEMENTS, ETABLES, FENILS, MOULINS A HUILE ET A FARINE  AVEC TOUS LES EQUIPEMENTS ET MATERIEL DECRITS EN ANNEXE

 

TABLE DES ACTES  P 1 VENTE PAR VINCENT BERMOND A M LE COMTE HENRY DE FALICON

14 MARZO 1859

VENDITA DAL SIGNOR VINCENZO BERMOND AL SIG CONTE ENRICO RENAUD DI FALICONE DI STABILE PER LIRE CINQUANTA QUATTRO MILA

 

DAVANTI A ME CARLO ARNULF REGIO NOTAIO DI RESIDENZA IN QUESTA CITTA ED ALLA PRESENZA DEI TESTIMONII INFRASCRITTI

E COMPARSO PERSONALMENTE IL SIGN VINCENZO BERMOND FU GIOVANNI NATO ED ABITANTE NEL QUARTIERE DEL RAY PRESENTE TERRITORIO, DE PROFESSIONE MUGNAIO

IL QUALE HA VENDUTO E VENDE COLLA PROMESSA DELL EVIZIONE AL SIGNOR CONTE ENRICO RENAUD DI FALICONE COLONELLO DELLO STATO MAGGIORE GENERALE IN RITIRO FIGLIO DEL FU SIGNOR CONTE BENEDETTO OTTAVIO MAGGIOR GENERALE NATO E ABITANTE IN QUESTA CITTA QUI PRESENTE ED ACCETTANTE

UNA TERRA SITA NELLA REGIONE DEL RAY DENOMINATA PIANO TERRITORIO DI QUESTA CITTA COMPIANTOLA DI GESSI E D’ ALBERI FRUTTIFERI IN PARTE COLTIVATA E NELLA MASSIMA PARTE PRATILE IL TUTTOADACUQBILE COLLE ACQUE DELLA SORGENTE DEL TEMPIO COLLE CASAMENTA ALLOGGI  STALLE , FENILI ,FRANTOJ E MOLINI A FARINA IVI CONSTRUTTI COI SUOI ORDEGNA ED USTENSILI DESCRITTI QUESTI IN UNA NOTA A PARTE STATA DAI SIGNORI CONTRAENTI SONO MESSI IN MOVIMENTO COLLE ACQUE DEL CANALE PROVENIENTE DALLA FONTANA DEL TEMPIO CONFINANTE NEL SUO COMPLESSO DA LEVANTE COGLI AVENTI CAUSA DELLA SIGNORA VEDOVA  RAYBAUD OSSIA COL SIGNNORE MAGGIORE RAYBAUD ED IN PARTE ANCHE COL PRESIDENTE MILON, PONENTE COL VALLONE DI GORBELLA E STRADA VICINALE, MEZZOGIORNO COL SIG COMPRATORE E DA TRAMONTANA IN PARTE COL CANALE DEL TEMPIO ED IN PARTE CON UN MURO DIVISORIO COMUNE AL SIGNOR SERAFINO RAYBAUD MAGGIORE IN RITIRO , SALVI ALTRI VERIVRI CONFINI L ERRORE DEI QUALI NON POTRA PREGIUDICARE ALLA VERITA DEL FATTO COLLE ATTINENZE ET DIPENDENZE SERVITU ATTIVE E PASSIVE  E DRITTI TUTTI INERENTI, PERVENUTOGLI QUELLO STABILE DALL EREDITA PATERNA E STATOGLI ASSEGNATO CON ATTO DI DIVISIONE DELLI OTTO GIUGNO MILLE OTTOCENTO CINQUANTA DUE DA ME ROGATO , INSINUATO IN QUESTA CITTA LI QUATTODICI STESSO MESE CON LIRE DUE MILA SEICENTO SETTANT’UNA CENTESIMI UNO STATO DEBITAMENTE OMOLOGATO DANDO ESSO BERMOND FACOLTA A PRELODATO SIG CONTE DE FALICON DI DISPORRE D’ OGGI IN AVVENIRE DI QUELLO STABILE DA VERO E ASSOLUTO PADRONE INVESTENDOLO COME LO INVESTE D OGNI SUO DRITTO;….

NIZZA LI 17 MARZO 1859

CARLO ARNULF NOTAJO

 

LETTRE DE PIERRE ASTRANDO MEUNIER 29 DECEMBRE 1864

 

 

AUTRE DOC MEME CARTON :

 

LES SOUSSIGNE PIERRE ASTRANDO MEUNIER DEMEURANT AU QUARTIER DU RAY TERRITOIRE DE CETTE VILLE DECLARE QU’AYANT PRIS A LOCATION DU MONSIEUR LE COMTE RAYNAUD DE FALICON DE CETTE VILLE LES MOULINS A HUILE ET A FARINE QUE CELUI-CI POSSEDE AU DIT QUARTIER ET QU’AYANT PRIS INVENTAIRE DE TOUS LES USTENSILES ET OBJETS Y EXISTANT ON A OUBLIE DE COMPRENDRE DANS L’ INVENTAIRE QUATORZE JARRES POUR LESQUELLES POURTANT LE DIT SIEUR ASTRANDO DEIVRE A MONSIEUR LE COMTE LA PRESENTE DECLARATION ET IL S’ OBLIGE DE LES LUI RENDRE A LA FIN DEE LA LOCATION ET DE PAYER LA VALEUR DE CELLES QU A CETTE EPOQUE POURRAIENT ETRE CASSEES EN FIXANT DES A PRESENT LE PRIX A RAISON DE QUATRE FRANCS CHAQUE.

EN FOI DE QUOI NICE LE 29 DECEMBRE 1864

SIGNE ASTRANDO PIETRO

 

AUTRE DOC MEME CARTON

COMMANDEMENT TENDANT A SAISIE 1867 15 MAI

L’AN MIL HUIT CENT SOIXANTE SEPT LE QUINZE DU MOIS DE MAI

EN VERTU DE L’ARTICLE HUIT CENT DIX NEUF DU CODE DE PROCEDURE CIVILE ET A LA REQUETE DE M LE CONTE HENRY RENAUD DE FALICON PROPRIETAIRE ET GENERAL EN RETRAITE DANS L’ ARMEE ITALIENNE DEMEURANT A NICE POUR LEQUEL DOMICILE EST ELU A NICE EN L’ ETUDE DE MAITRE JEAN- BAPTISTE LEVANIS AVOUé PRES LE TRIBUNAL DE NICE Y DEMEURANT

JE SOUSSIGNE … HUISSIER PRES LE TRIBUNAL CIVIL DE NICE Y DEMEURANT ET DOMICILIE

A FAIT COMMANDEMENT AU NOM DE LA LOI ET JUSTICE AU SIEUR PIERRE STRANDO PROPRIETAIRE DEMEURANT A NICE QUARTIER DU RAY EN SON DOMICILE ET PARLANT A SA PERSONNE

DEDANS VINGT QUATRE HEURES POUR TOUT DELAI PAYER AU DEMANDEUR OU AU DOMICILE PAR LUI ELU OU IMMEDIATEMENT A MOI HUISSIER AUX OFFRES DE DROIT :

1°)  LA SOMME DE QUATRE MILLE CINQ CENTS FRANCS MONTANT DE TROIS SEMESTRES LOYER ECHUS LE DERNIER LE SEPT DU COURANT MOIS DE MAI, A RAISON DE QUINZE CENT FRANCS PAR SEMESTRE D’ UNE TERRE EN PRAIRIE AVEC GRANDE MAISON D’ HABITATION, MOULINS A HUILE ET A FARINE LE TOUT SITUE A NICE QUARTIER DU RAY QUE LE REQUERANT LUI A VERBALEMENT LOUE LE VINGT TROIS MAI MIL HUIT CENT SOIXANTE QUATRE

 

2°) LA SOMME DE NEUF FRANCS CINQUANTE CENTIMES MONTANT DU PRESENT ACTE LUI DECLARANT QUE FAUTE, PAR LUI, DE PAYER LES SOMMES SUS- INDIQUEES DANS LE DIT DELAI, ET CELUI PASSE, IL Y SERA CONTRAINT PAR TOUTES LES VOIES DE DROIT ET NOTAMMENT PAR LA SAISIE DE TOUS SES MEUBLES, FRUITS PENDANT PAR RACINE, BESTIAUX, ET AUTRES ET SANS PREJUDICE AUSSI DE LA RESILIATION IMMEDIATE DU DIT BAIL VERBAL ET SOUS TOUTES RESERVES

DONT ACTE DUQUEL J’ AI DONNE COPIE AU REQUIS ETANT ET PARLANT COMMANDEMENT

COUT NEUF FRANCS CINQUANTE CENTIMES

VEGLIO

 

AUTRE DOC MEME CARTON

CESSION POUR EXECUTION DE TRAVAUX D’OUVERTURE D’UN TRONCON AU CHEMIN DU TEMPLE

 

ACTE DE CESSION AMIABLE 1880

MME LA COMTESSE ERMENEGILDE AUDIBERTI DE ST ETIENNE VEUVE DE M LE COMTE HENRY RENAUD DE FALICON, RENTIERE, DOMICILIEE ET DEMEURANT A NICE

 

LAQUELLE APRES AVOIR PRIS CONNAISSANCE DU PLAN DES PROPRIETES A OCCUPER, SUR LE TERRITOIRE DE NICE, A DECLARE CEDER A LA VILLE DE NICE DIVERSES PARCELLES DE TERRAIN NECESSAIRES A L’OUVERTURE D’ UN TRONCON DE CHEMIN A TRAVERS SA PROPRIETE CONFORMEMENT AU PLAN DRESSE PAR L’ INGENIEUR DE LA VILLE

LA PRISE DE POSSESSION AURA LIEU IMMEDIATEMENT

LA PRESENTE CESSION EST CONSENTIE GRATUITEMENT

CADASTRE A CIMIEZ ST BARTELEMY

592

596

591

LIEUX DIT SERENA

NATURE DES PROPRIETES TERRE ARROSABLE OLIVIERS

900 M2 ENVIRON

ORIGINE DE LA PROPRIETE APPARTIENT A LA SUS- NOMMEE DEPUIS PLUS DE TRENTE ANS

 

CONDITIONS PARTICULIERES

LE CHEMIN A OUVRIR AURA UNE LARGEUR DE SEPT METRES

LA VILLE FERA CONSTRUIRE LE LONG DU CHEMIN A OUVRIR LES MURS DE SOUTENEMEMENT JUSQU’ AU NIVEAU DE MME LA COMTESSE DE FALICON

CES MURS SERONT SURMONTES DE MURS DE CLOTURE DE UN METRE DE HAUTEUR AU DESSUS DESQUELS SERA PLACEE UNE GRILLE EN FER DE UN METRE DE HAUTEUR

LA VILLE FERA PLACER AUX ENDROITS QUI LUI SERONT DESIGNES PAR MME LA COMTESSE DE FALICON DEUX PORTAILS AVEC LE CHEMIN A OUVRER

LES DEBLAIS PROVENANT DE L’OUVERTURE DU CHEMIN SERONT TRANSPORTES AUX FRAIS DE LA VILLE SUR LES POINTS DE LA PROPRIETE QUE MME LA COMTESSE DE FALICON DESIGNERA

LA VILLE PAYERA AU FERMIER GIMELLO UNE SOMME DE DEUX CENT FRANCS LORS DE LA PRISE DE POSSESSION DES TERRAINS POUR L’EXECUTION DU PROJET

LA PROPRIETE DE MME LA COMTESSE DE FALICON N’AURA A SOUFFRIR AUCUNE SERVITUDE PAR SUITE DE L’OUVERTURE DE CE CHEMIN L’ECOULEMENT DES EAUX PLUVIALES SERA AMENAGE DE MANIERE A CE QU IL N’EN RESULTE AUCUN INCONVENIENT POUR LA PROPRIETE 

SIGNATURE

ANNEXE 2

CARTON 14

 

INVENTAIRE ET ESTIMATION DES MOULINS A HUILE ET A FARINE APPARTENANT A MONSIEUR LE COMTE HENRI RENAUD DE FALICON ET SIS DANS LA COMMUNE DE NICE AU QUARTIER DU RAY, LOUE A M. REBOUT CASIMIR, DRESSE ET FAIT PAR LE SOUSSIGNE EXPERT ELU DU CONSENTEMENT DE M. LE COMTE DE FALICON, REBOUT ET PIERRE STRANDO, PARTIES INTERESSEES LES VINGT DEUX FEVRIER MIL HUIT CENT SOIXANTE- QUATRE

 

MOULINS A HUILE

 

1-la grande roue complète avec ses ferrements évaluée cent francs 100

2- l’axe horizontal qui supporte la grande roue avec ses ferrements,

 Presque  inservible  évalué cinquante francs 50

 3- La roue qui est fixée à l’axe horizontal avec ses quatre boulons aux bras,

 Evaluée  trente -deux francs 32

 4- L’axe du centre complet avec ses ferrements évalué vingt-cinq francs 25

 5- Le hérisson attaché à l’axe du centre avec les dents carrées et ferrement

cinquante francs 50

 6- La roue d’engrenage fixée au même axe et ferrements en bon état

Evalué quarante francs 40

 7- La poutre du galoche avec les trois galochy et les boulons, le tout très usé,

Prisée  quarante francs   40

 8- La roue de la piste à droite, complète, en bon état, prisée quarante francs   40

 9- L’axe de la dite roue complet avec ses ferrements en bon état, évalué

huit francs 28

 10- La boîte de la pierre tournante, usée  évaluée trois francs 3

 11- l’axe en fer et la vis pour régler la meule tournante évalué vingt Francs    20

 12- le racloir complet usé presque inservible quatre francs 4

 

 

SECONDE MARE A L’OUEST

  1.  L’axe avec la roue d’engrenage et ferrements, prisé soixante francs 6
  2. L’axe en fer avec la rondelle et clavette, évalué onze francs 11
  3. Pierre tournante, diamètre d’un mètre cinquante centimètres, évalué soixante-dix francs  70
  4. Le lit de la pierre tournante, diamètre un mètre quarante centimètres et d’une épaisseur de quarante centimètres, évaluée soixante francs 60
  5. Les donales  pour former la piste, évaluées  quarante francs 40                                                                       

 

PIERRES DE LA MARE A L’EST

 

  1. La pierre tournante d’un mètre quatre- vingt centimètres de diamètre

Avec  épaisseur de dix- sept centimètres évaluée  cent francs 100

    2 – Son lit dit …  d’un mètre cinquante- cinq centimètres de diamètre avec       

quarante cm en épaisseur, évalué soixante- dix francs

    3 - Les donales  pour former la mare d’un mètre de hauteur, estimées cent vingt francs 120

     4 - Les donales  pour former la mare d’un mètre de hauteur, estimées cent vingt francs 120

     5 - Deux bancs en pierre et deux réservoirs pour l’huile estimés cent soixante- six francs166

 

               PRESSOIR EN UNE SEULE VIS

                                                      LE GRAND PRESSOIR

     1 - Le banc de dessus à deux vis avec les ferrements … évalués deux cent-vingt francs 220

     2 - Le deux vis complètes et leurs ferrements évaluées cinquante francs 5

     3 - Trois colonnes en bois évaluées vingt- deux francs 

     4 - Quatre colonnes en fer rondance  et clavette évaluées cent francs 100

     5 - Deux plateaux presseurs et deux semelles évalués dix francs 10             

PRESSOIR POUR LA RESSANCE

 

 

                                                 MOULIN A FARINE A L’OUEST

 

 

MOULIN DE L’EST

 

OBJETS DES MOULINS A HUILE

 

 

MOULIN A GRANDE ROUE

MOULIN A GRANDE ROUE

 

1-la grande roue en bon état manquant d’un caisson qui la traverse le tout évalué  six cent vingt francs  620

 2-L’axe horizontal en bon état, complet avec quatre gros cercles et huit boulons  avec pour fixer les deux tourillons le tout estime deux cent vingt francs  220  

 3- La grande roue fixe à l’axe horizontal en bon état moins les dents qui sont

Usées  à un quart complète avec les boulons aux pointes et aux bras estimés deux cent trente fr                                                                                                               

 4 - La roue d’engrenage placée au- dessous en bon état moins les dents usées à moitié complète avec quatre boulons et un cercle évaluée cent francs 100

5 - La roue horizontale  à  quatre- vingt dix dents usées à un quart en bon état complète avec soixante-dix boulons et huit aux bras estimée trois cent dix francs  310

6- Les deux pealas et les guides en bon état complets avec les aiguilles pour régler le blé évalués soixante -seize francs                                          76

7-Les deux entourages dont celui d’ouest usé évalué quarante-deux francs 42

8-Les deux caisses pour le blé en bon état évaluées quarante- cinq francs  45

9- La caisse pour la farine divisée en deux trente- sept francs  37

10-Le canal de l’eau complet avec les ferrements pour lever l’eau à volonté trente francs 30

11 -Les deux boîtes pour les meules avec les clés évaluées quatorze francs

12 -La grue complète avec les cercles pivots galoches et mécanisme en fer pour soulever les meules quatre-vingt- cinq francs   85

-(Oublié une pare meules  à rayon) note au crayon 14

POUTRES QUI SOUTIENNENT LES MEULES DU MOULIN

Trois poutres de six mètres cinquante centimètres de longueur bois de mélèze en bon état, évaluées cent cinquante francs   150

Quatre poutres de trois mètres de longueur bois de mélèze prisées quatre-vingt francs  80                      

Deux poutres de deux mètres et cinquante centimètres de longueur même bois de mélèze évaluées cinquante francs  50

Huit poutres de deux mètres de longueur évaluées cent- soixante francs   160

 

FONTE ET CUIVRE

 

Deux pignons en fonte deux axes verticaux faits à vis donnant le mouvement aux meules, évalués deux cent huit francs  208

Deux manilles en fer et deux machines en fonte placées aux meules, évaluées quarante- cinq francs  45

Deux paliers manquant des coussinets en bronze évalués quarante-huit francs 48

Deux forts tourillons placés à l’axe horizontal, évalués soixante -quinze francs  75

Deux porte loubettes placés aux pealar avec deux boulons chaque évalués cinquante-deux francs 52

Deux loubettes en bronze placées dans les porte loubettes évalués quarante-quatre francs  44

Une loubette  en fonte évaluée douze francs   12

L’axe ou centre en fer tourné avec les plaques fixées à la roue horizontale, évaluée quatre-vingt francs 80

Deux plaques en fonte et quatre boutons placés à la petite roue horizontale évaluées douze francs  

N.B le Sieur REBOUL, en remettant les usines à STRANDO devra lui rembourser cinquante francs pour remplacer les coussinets en cuivre qui manquent

 

La machine pour nettoyer le blé à sa place est en bon état et a été évaluée à sept cent soixante- dix francs 770

      

PIERRE DE TAILLE

Deux pierres de taille qui rapportent l’axe horizontal et les roues intérieures évaluées soixante francs   60

 

Certifié véritable par le soussigné et s’élevant à la somme de 7322

Signé ORTELLI Jean-Baptiste

REBOUL Casimir

STRANDO PIETRO

H. DE FALICON

 

L’inventaire qui devrait être dressé en vertu d’acte d’aujourd’hui reçu ARNULF notaires pour M le Comte de Falicon et M Strando est reconnu pour exacte le rpésent comme s’il avait été fait aujourd’hui même

NICE, le 10 MAI 1868

Approuvé Pierre STRANDO

H de Falicon

 

PETIT FEUILLET RAJOUTE 

En face du NB

Inventaire d’Ortelli 22 fév 1868  p 6  Il a oublié une paire de meules à rayons ; c’est d’autant plus surprenant que le chapitre qui suit immédiatement débute par « les poutres qui soutiennent les meules » et leur existence résulte encore par le fait des différents articles mentionnés.

 Bibliographie

 

Barelli Hervé – Nice et son Comté 1590-1680  Témoignages récits et mémoires   éditions mémoires millénaires 2012 - memorie delle cose notabile

Casalis - Dizionario geografico storico statistico commerciale compilato per cura del Professore e Dottore di Belle Lettere

Gioffredo Casalis Cavaliere dell’ordine de SS Maurizio e Lazzaro

Opera molto utile agli impiegati nei pubblici e private uffizi a tutte le persone applicate al foro alla milizia al commercio e singolarmente agli amatori delle cose patrie

Bibliothèque municipale de Nice

Tome XI B 8143 – date 1843

 

Clébert Jean Paul – Provence antique Période Romaine, plan de Couissin in A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo romaine 4ème partie, éditions Picard Paris

Ghiraldi Denis, La Fontaine de Gairaut - Dictionnaire historique et biographique du Comé de Nice - Ralph Schor- Serre éditeur

 

Le Pays de Nice et ses peintres au XIXème siècle éditions Academia Nissareda 1998

 

Geist Henri  Archeam N° 16 2009 pages 127 à 151

Menighetti J.C. Mémoire sur le quartier du Ray - Recherches régionales - Revue N° 32 du Conseil Général ds Alpes Maritimes

 

Nathiez Raoul - Dans le domaine de Falicon Sourgentin N° 149 décembre 2001

 

PCAM Patrimoine  des communes des Alpes Maritimes  éditions Flohic 2000

 

Moulins – Le Sourgentin N° 183 octobre 2008

 

Roassal Clément, Vues de Nice  et de ses environs 1828-1832, Centre du patrimoine  75 quai des Etats-Unis 06300 Nice

 

Roubaudi Louis  citant le Nouveau guide des étrangers à Nice. Nice, société typographique 1844 page 178, dans Dictionnaire de la langue niçoise, éditions Academia Nissarda