MOULINS DE BELVEDERE 06450


Mise à jour février 2018

 

De gauche à droite extraits cadastraux

c2, c3, d2

Il y avait jadis plusieurs moulins en bordure du village alimentés en cascade par un ruisseau canalisé assez puissant.

Comme les moulins étaient au fil de l’eau, il n’y avait pas de grande roue à axe horizontal, mais comme en général sur les moulins à farine, des rodets à axe horizontal

La Mairie a fait paraître un intéressant article sur ce sujet consultable sur Internet.

Ce document mentionne « six moulins, deux à farine, deux forges dont l’une des deux était située de l’autre côté du bâtiment, sans oublier deux autres moulins dont un moulin à foulon chargé d’écraser les tissus  et de dégraisser les draps de laine… »

Par ailleurs le Capitaine Wagner () s’est intéressé vers 1865 aux ressources de villages de l’arrière-pays niçois du point de vue militaire et il signale dans son document pour Belvédère en page 65 : 3 moulins et 2 fours à pains

On peut voir, placardées à divers endroits des photos anciennes des moulins.

De gauche à droite:

Forge Matteudi

Plaque chemin du Paraire, meule, photo de la Place Cour inférieur

Sur place on remarque l’enseigne de la forge Matteudi, une meule en grès (savel), et une plaque de rue nommée chemin du Paraire.

Il y a dans le village une rue du savel.

Le mot belvédèrois paraire est une déformation de paroir ou fouion.

On retrouve ce mot à propos de moulins à différents endroits : Belcastel 12390, Levens 06670, Saint Martin Laguépie 81170.

Mais en d’autres lieux paraire pouvait avoir une autre signification, « officier de justice chargé de poursuivre »

 Sur le cadastre de 1873, on peut lire dans l’état de

Section C2 et C3, village

376 bis canal

377 moulin en ruine, rue du moulin supérieur, page 133

377 bis canal

494 moulin en ruine, page 148

514 bis canal

515 moulin et forge, quartier la Court, page 151

516 forge

517 moulin à farine

 

Section D2 Saint Blaise

259 moulin, page 247

262 forge et moulin à farine Matteudi page 247

 

Le dernier moulin aurait fonctionné d’après les anciens du village vers les années 1960

 

Bibliographie

 

Wagner E. Capitaine – Mémoire sur la reconnaissance des hauteurs entre la Vésubie et la Roya occupées par les armées française et austro-sarde en 1792, 1793 et 1794 – archives du SHAT