Point du Ramingao ŗ Roquebrune Cap-Martin

JOHN P BOILEAU ET NICE

Mise à jour novembre 2019

Etude Judit Kiraly, Raoul Barbès

 

Sir John Peter Boileau, 1st Baronet FRS, DL, JP (2 septembre 1794 - 9 mars 1869), british baronet et archéologue

 

Introduction

 

John P Boileau a publié une étude statistique de Nice en 1843 avec des commentaires mais pour l’instant on ignore quelles sont les sources  de sa documentation.

Les commentaires sont à rapprocher de ceux de Casalis parus en 1843 sur les coutumes de Nice. Voir le dossier :

http://www.archeo-alpi-maritimi.com/cotumesdenice.php

Il a lui-même cité Roubaudi.

Voir : Roubaudi Louis – Nice et ses environs - 1843 – Paris Turin – consultable sur Internet

On ne connaît pas non plus quels liens de parenté éventuels il avait dans cette ville avec d’autres Boileau

On a peu de détails sur son activité à Nice à part ses recherches sur les bornes romaines vers 1840  et une visite à Châteauneuf Villevieille en 1841

 

Biographie selon Wikipedia

 

Il est né à Hertford Street dans le quartier de Mayfair à Londres. C’était le fils de John Peter Boileau et sa femme la fille ainée de John Pollen. Sa famille se réclamait de la descendance d’Etienne Boileau, un des premiers Prévôts de Paris connus. Il a fait des études au collège d’Eton puis est allé au Merton Collège à Oxford. En 1813 il  a rejoint l’armée britannique et a été nommé second lieutenant dans le Rifle Corps où se trouvait son oncle Coot Maningham. Après quatre ans de service il fut mis en demi-solde en 1817. Il acheta une propriété  à Ketteringham en 1836 qu’il agrandit plus tard avec un hall gothique.

 

Carrière selon Wikipedia

 

En 1838 Boileau fut nommé baronet de Tacolnestone Hall dans la région de Norfolk. Il fut élu membre  de la Royal Society en 1843 et fut nommé High Sheriff de Norfolk en 1844. Quand un an plus tard la Norfolk and Norwich  Archaeological Society fut créée Boileau fut nommé un  de ses vice-Présidents  jusqu’en 1849  après quoi il devint président de la Société. Il rejoignit la Société des Antiquaires de Londres en 1852 et sur la recommandation de Philip Stanhope, 5ème Comte de Stanhope, il fut choisi comme vice-Président en 1858, poste qu’il occupa  pendant sept ans avec seulement un an d’interruption en 1863.

En plus Boileau fut vice-Président de la Société Géologique de Londres et de la Société Royale de Statistique. Il a servi avec le même poste  dans l’Institut  d’Archéologie et dans la Société Royale des Arts. Plus tard Boileau fut vice-Président de l’Institution Royale aussi bien que de l’Association Britannique des Sciences. Il représenta Norfolk à la fois comme Deputy Lieutenant et comme Justice of the Peace

Note : on peut lire ci-dessus ses titres officiels successifs mais il n’y a  pas de détails sur ses travaux et notamment sur ceux effectués à Nice. Voir ci-dessous

 

Famille

 

En 1835 il épousa Catherine Sarah (1797-1862), troisième fille de Gilbert Elliot Murray Kyninynmound.

Il mourut à Torquay et fut enterré dans le tombeau de famille à Ketteringham. Son fils ainé  John  étant décédé  prématurément en 1881, son second fils Francis lui succéda comme Baronet

 

Portraits

 

Ils ont été publiés dans le document Colonel Unthanks Norwich

Boileau Fountain

 

Portrait de John Peter Boileau by Sir Francis Grant (Président Royal Academy 1866)

 

Portrait de Lady Catherine Boileau BY Sir Francis Grant

 

https://colonelunthanksnorwich.com/tag/the-boileau-fountain/

 

Présence à Nice

 

Il a été considéré comme découvreur de bornes romaines dans le vallon de Laghet entre la Turbie et Nice ce qui a motivé un article dans le Manchester Courrier de Juillet 1881.

Dans sa chorographie du Comté de Nice page 28, Louis Durante mentionne  que les recherches (sur les bornes romaines)  ont été reprises en 1840 et 1841 par Sir John Boileau  « Ce gentilhomme anglais, joignant à une grande fortune, l’amour de la science, parcourut le territoire de la Turbie, le fouilla dans tous les sens avec un zèle infatigable… »

Il indique aussi page 47 qu’il a accompagné sur les lieux de Châteauneuf Villevieille le savant archéologue John Boileau en avril 1841.

Voir aussi :

http://www.archeo-alpi-maritimi.com/bornesdelaviajulia.php

 

Liens familiaux éventuels avec Nice

 

Charles Boileau Elliott a été marguillier de la Holy Trinity Church à Nice. C’était peut-être un parent de John Peter Boileau que celui-ci est venu  retrouver à Nice dans les années 1839 1841

 

Etude statistique de Nice     

 

 

Statistics of Nice by Sir John P Boileau Bart

 

Page 240

Nice est située sur un promontoire à l’extrémité des Alpes Maritimes dont le Mont Bego est le point culminant.

Il semble que l’on ne sait pas grand-chose des premiers habitants.

C’étaient probablement des celtes gaulois et il apparaît qu’ils étaient rangés assez bas dans l’échelle des civilisations. Ils avaient cependant des rapports avec les phéniciens et les étrusques qui commerçaient avec ces rivages, aussi bien que l’établissement des phocéens tend à le prouver. On suppose que la colonie phocéenne de Marseille, après avoir chassé les natifs du lieu vers les collines, fondèrent Nice au temps des Tarquin. Les seuls restes de cette période sont quelques pièces portant l’effigie de Diane et à l’envers un taureau, celle-ci était la déesse tutélaire de Marseille, et celui-là l’emblème de l’agriculture. Nice prit quelque importance à l’ère chrétienne et Strabon mentionne son arsenal, et de nombreux bateaux et machines de guerre utilisées par les romains pour conquérir la Provence.

Page 241

Au XIIème siècle Nice était alliée de Pise et de Gênes et ainsi forma une communauté municipale, mais les Rois d’Aragon étant devenus maitres de la Provence, établirent leur suprématie sur Nice. La Provence cependant étant passée  des Aragon à la domination des Comtes d’Anjou, le Comté de Nice en 1246 devint sujet de la dynastie d’Anjou de Provence et de Naples. Durant la succession de la Reine Jeanne 1ère de Naples, le peuple de Nice sollicita la protection d‘Amédée VII de Savoie et en 1402 le roi Ladislas de Naples et ses compétiteurs de la Maison d’Anjou renoncèrent à leur revendication sur Nice contre Amédée VIII duc de Savoie et de Piémont. Le Comté de Nice est resté ainsi avec de brèves interruptions de conquêtes temporaires, sujet de la Maison de Savoie sous laquelle il a atteint le présent état de prospérité. Le Comté de Nice bien que soumis à la Constitution royale ou au code législatif de la Monarchie sarde a cependant gardé quelques règles locales et privilèges datant de l’époque des souverains angevins. Il a son propre Sénat ou Cour suprême de justice et sous sa juridiction les provinces d’Oneille et de San Remo.

Le Comté de Nice est divisé en quatorze mandements ou districts administratifs et compte quatre-vingt-sept Communes. Son port est franc et c’est sa principale cause de prospérité.

La latitude de Nice est de 43°41’N, et 7°16’ de longitude selon le méridien de Greenwich. On suppose que son climat est le plus doux de la côte nord de Méditerranée dû à l’augmentation graduelle de la ligne de collines qui l’entourent au nord et qui continue jusqu’aux Alpes et à l’ouest et s’ouvrant seulement au sud. D’après les observations météorologiques de 1806 à 1838, la plus grande valeur du baromètre a été de 28.8.2, la plus basse de 26.11.6, la moyenne étant de 27.11.8.

D’après 36135 observations du thermomètre, la température s’est élevée une seule fois à 92.5 Fahrenheit, le point le plus bas étant de 15° Fahrenheit. Le maximum d’hygrométrie a été de 100. Le minimum de 17, et la moyenne  de 59. La tramontane ou vent du nord, atteint rarement les plus basses plaines de Nice, mais balaie le sommet des montagnes jusqu’à la mer, venant au contact de cette dernière à environ une lieue de la terre ce qui est rendu apparent par la turbulence de l’eau. Le vent d’est est sec et coupant.

Quand il est mêlé d’humidité, c’est un vent du sud-ouest qui tourne vers l’ouest par les Appenins. Le vent du sud est très relaxant et apporte la pluie et la tempête. Le vent du sud sud-ouest, le lebec comme on l’appelle est préjudiciable aux animaux et à la végétation. La rosée est abondante mais les brouillards sont extrêmement rares.

Le terrain aux environs de Nice est un agrégat de chaux, argile et sable avec des pierres arrondies et lisses, dispersées dans les collines, mouvements de terrains et les montagnes de l’ère secondaire et tertiaire, couvertes d’alluvions.

Les principaux arbres sont les orangers, (dont il y a beaucoup de variétés), les oliviers, les vignes, les caroubiers, les figuiers, jujubiers, mûriers et autres arbres fruitiers.

La plaine est une chaux argileuse avec des détritus végétaux. La quantité de fruits est très grande. Mais la culture est limitée par la besoin de fumier. La bêche seule est utilisée. La terre est extrêmement irriguée par des courants d’eau et des puits et beaucoup de travail est consacré à la construction de murs pour supporter le terrain en terrasses et pour les clôtures. Du fait d’aléas importants, l’élevage du ver à soie n’est pas extrêmement important. Les violettes, jasmins etc… sont abondants dans les jardins de la plaine et sont distillés en essences.

 

P 242

On fait pousser le blé, les haricots, le maïs et les pommes de terre pour la consommation locale.

Le caractère des niçois est gentil et affable, d‘un tempérament orgueilleux mais respectueux, doué d’une vive imagination, d’un tempérament vif mais inconstant et incapable d’une longue attention à un objet. Ils sont alternativement gais et mélancoliques, extrêmement susceptibles et excitables, naturellement d’esprit guerrier et abattus et las des différents jougs étrangers qui les ont oppressés, mais qui n’ont pas altéré leur type original. Amateur de beaux paysages et attaché à son pays le niçois est désireux de finir ses jours ici et il quittera les pays étrangers bien qu’il y soit établi depuis longtemps dans ce but. Les habitants sont en général de stature petite et d’une musculature qui n’est pas  charnue, de complexion pale avec des traits caractéristiques et animés. On remarque que là où l’huile est beaucoup utilisée pour la nourriture, la complexion est pale, cependant que le régime lacté est accompagné d’un teint rose et frais. Ils ont des yeux vifs, sombres, une chevelure noire et ils sont robustes et sobres, alternativement actifs et indolents, capables d’un honorable effort mais fréquemment trop négligents pour le faire. Les femmes ont des traits réguliers, des complexions fraiches, une fine chevelure noire ; elles s’habillent et dansent bien et ont des visages élégants, spécialement les paysannes et les femmes de pêcheurs du fait de l’habitude de porter des charges sur leur tête. La classe inférieure peut se marier à douze ou treize ans, les jeunes dames se marient entre quinze et vingt ans, les jeunes hommes de dix-huit à vingt-quatre ans ; les mères de treize ans ne sont pas rares ; on dit qu’elles ne peuvent plus avoir d’enfant entre quarante-trois ans et quarante-cinq ans. Les garçons commencent à travailler entre huit et douze ans et on trouve des travailleurs de soixante-quinze ans. L’espérance moyenne de vie est de trente et un ans.

Les marchés sont bien approvisionnés en nourriture. Le bœuf vient du Piémont et le quota d’importation est fixé annuellement par le Conseil de la Ville. Le sanglier sauvage et l’antilope sont communs. Il y a beaucoup d’oiseaux sauvages et un excellent approvisionnement en poisson. Les jardins dans le voisinage permettent un bon et abondant approvisionnement en légumes. On mange beaucoup d’escargots et le vin de Bellet est l’un de meilleurs du sud de l’Europe.

L’habit des paysans consiste en une grossière veste de laine, transmise de père en fils, suspendu sur l’épaule gauche, un gilet gaiement coloré, de courtes culottes de tissu brun, non boutonnées aux genoux, les jambes et les pieds protégés par une sorte de grossière sandale. Pour les fêtes, les paysans portent une veste avec des poches, un long gilet, de courtes culottes, des chaussettes de coton, des chaussures solides et un chapeau. Les femmes portent les jours de travail un corset de tissu bleu, avec de larges manches écarlates et des flots de rubans de couleurs variées. Le corset est ouvert par devant  et attaché avec des lacets noirs montrant une chemise avec de la dentelle grossière autour du cou, un très court jupon de coton bleu, un tablier de quelque autre couleur, la chevelure tressée et liée avec des rubans bleus enroulés autour de la tête plusieurs fois complétant un costume qui est remplacé les jours de fête par un d’un genre plus gai.

Les maladies les plus fréquentes  sont celles de nature inflammatoire, maladies de poitrine, pleurésies et cathares, occasionnés par les soudaines variations du climat, des vents variables et une atmosphère souvent chargée de matières irritantes.

Des maladies pulmonaires ont dernièrement augmenté.

On dit que la langue de Nice ressemble beaucoup au provençal mais certains mots originaux restent. Son origine est influencée par tant de langages apportés à ce pays par les conquérants celtes, grecs, latins, italiens, espagnols, français qui y ont pénétré.

P 243

Les gens maintenant parlent généralement français mais conversent entre eux en nissart. Les lois et édits sont tous en italien. Les réjouissances du commun du peuple consistent principalement en danses les jours de fête, et on joue constamment au jeu universel italien de la mourra. Le jeu est identique au « par impar » des romains.

Nice abonde en restes d’édifices romains, tel qu’un amphithéâtre, le monument d’Auguste, etc… Les gens sont superstitieux et dévots. Ils observent strictement les jours de fêtes. La religion catholique romaine est la seule mais il y a une chapelle protestante anglaise et une synagogue pour les juifs, qui a reçu une autorisation.

Nice possède trois hôpitaux, chacun contenant une moyenne de quarante patients, l’un d’eux est un hôpital militaire. Il y a une institution pour les orphelins, une pour les prostituées, deux couvents pour l’éducation et un grand établissement attribué par la Ville aux jésuites pour l’instruction.

L’autorité militaire consiste en un gouverneur, un lieutenant général  et un état-major, et un corps de carabiniers pour les affaires de police, stationnés dans trente districts à travers le pays.

Il y a une chambre royale de commerce et d’agriculture, une commission de statistiques, un office d’hypothèques, un établissement de vaccination, un bureau d’instruction publique, consistant en un président, deux directeurs, un physicien et deux secrétaires.

Les écoles préparatoires pour l’université ont deux professeurs de droit, un de physiologie, de médecine ou de chimie, de botanique, de chirurgie et d’anatomie. Le collège royal est sous la direction des jésuites et les écoles paroissiales sous celle des frères des écoles chrétiennes. Il y a aussi une école d’architecture, de dessin et d’ornement.

La surface de la province est d’environ 1750 miles carrés.

La population était de :

En 1819 : 85220

En 1824 : 95222 soit une augmentation de 11.6%

En 1830 : 103125 soit une augmentation de 8.29%

En 1840 : 112428 soit une augmentation de 9.01%

Le tableau suivant montre la répartition de la population entre les principales villes

 

Page 244 Tableau de la population par âge et par sexe (voir tableau ci-dessous)

 

Page 245

Dans le sud de la province les femmes sont très fécondes. On trouve beaucoup de mères avec 18 ou 20 enfants. 12 est un nombre fréquent et de 6 à 8 très commun. Le gouvernement exempte de taxes directes les pères de 12 enfants.

Le nombre moyen d’enfants au mariage est estimé de 4 à 5. Le nombre de mariages par an dans la province est estimé entre 10 et 12 pour 1000 habitants, le nombre de naissances de 35 à 40 et de décès de 17 à 19.

Le tableau suivant montre la population active de Nice par activité (voir ci-dessous)

Le commerce de Nice se limite à l’exportation de produits agricoles, mais le travail constant effectué sur un si petit espace de terre a grandement augmenté sa fertilité et une certaine part de la perte de production peut être attribuée au mal fait presque chaque année à la terre par les orages et les inondations. L’union de Gênes à la Couronne de Sardaigne a aussi mis à mal son importance commerciale.

Le tableau suivant montre le commerce maritime annuel moyen de Nice. (Voir tableau)

 

Page 246

Nice étant un port franc, et ville frontière entre la France et le Piémont, cela incite de façon considérable les contrebandiers à introduire des objets manufacturés dans ce pays et une prime de 20 à 30 pour cent obtenus pour le commerce de contrebande suivant la masse et la valeur des articles passés en contrebande à travers la frontière. Le port franc a aussi empêché l’établissement de manufactures de quelque importance. Celles qui existent sont limitées au savon tannerie et parfumerie. Il y a diverses mines de plomb dans les environs de Nice. Celle de Tende contient la plus grande proportion d’argent de 2.5 pour 600  Malheureusement la mine n’est pas exploitée actuellement par suite d’une mésentente entre le propriétaire et le gouvernement. Un impôt de 8 francs par charge de 288 livres (anglaise) est payé sur le blé. Le prix du blé en 1840 était de 11lbs par charge ce qui ferait un quartier de 480 lbs anglaise à 50 s. Le prix du quartier de blé en 1840 en Angleterre était de 66s d.

Le travailleur journalier gagne de 1s à 1s 4d par jour avec la nourriture, 1s 6d par jour sans. Les femmes gagnent la moitié de ces sommes. Les prix cependant  varient suivant la demande pour les travailleurs.

En déduisant les Dimanche et les jours de fêtes qui s’élèvent à 66, et les jours de pluie qu’on estime à 38, les jours travaillés dans l’année s’élèvent à 259. L’artisan gagne de 1s 3d à 2s1d par jour et a l’avantage sur le travailleur de pouvoir travailler par mauvais temps. Cependant ils abandonnent l’habitude de ne pas travailler les jours de fête.

La table suivante montre le montant des taxes  et le détail des propriétés sur lesquelles elles sont prélevées.

 

Impôts directs                                                          francs

 

Impôts directs                                                          272711.80

Taxes foncières                                                         24113.00

Propriété personnelle                                                  66375.25

Provinciale                                                               41340.45       404632.50

 

Impôts indirects

 

Timbres hypothèques enregistrement                            216402.79

Taxes et impôts sur les grains                                      480000.00

Poudre et plomb                                                        996196.00       1692598.79

 

                                                                                                    2097231.29

 

Ou 83888 Livres ce qui fait 1L 6s 3/4 d par tête

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

STATISTIQUE DE 1843

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMERCE MARITIME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NATION

BATEAUX

 

IMPORTATIONS

EXPORTATIONS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOMBRE

TONNAGE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

France

500

28473

laine, produits manufacturés

huile fruits, riz frais et sec

 

 

 

 

vin, poisson salé

bois de construction

 

 

 

 

médicaments, coton

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sardaigne

1134

43820

blé et grains

 

fruits pour la  France

 

 

 

 

huile de Gênes et du Levant

bois de construction

 

 

 

 

chanvre, cuir

 

pour la Sardaigne

 

 

 

 

 

 

 

 

Naples

124

15999

huile de Naples et du Levant

ballast

 

 

 

 

transbordement de grain

et un peu de cargaison

 

 

 

 

 

 

produits manufacturés

 

 

 

 

 

 

 

 

Toscane

70

2031

grains, vins de l'ile d'elbe

dito

 

 

 

 

charbon de bois

 

 

 

 

 

bois de chauffage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etats du Pape

2

230

grains

 

ballast

 

 

 

 

bois de fustet (sumac)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Luques

20

400

sable de pouzzolane

dito

 

 

 

 

 

 

 

 

Espagne

87

2163

vin alcool fruits secs

bois de construction

 

 

 

 

huile ordinaire, café sucre

produits manufacturés

 

 

 

 

 

 

tabac

 

 

 

 

 

 

 

 

Angleterre

5

572

poisson salé

 

huile fine, oranges,citrons

 

 

 

 

salpêtre pour

 

 

 

 

 

 

transbordement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Danemark

1

198

poisson salé fromage

dito

 

 

 

 

 

 

 

 

Hollande

1

115

dito

 

dito

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Total

2004

94006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

STATISTIQUE DE 1843

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La table suivante donne le nombre de naissances mariages et décès  dans la population entre 1828 et 1837

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NAISSANCES

 

 

 

 

 

MARIAGES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VILLE

 

 

CAMPAGNE

 

VILLE

CAMPAGNE

 

 

 

 

H

F

TOTAL

H

F

TOTAL

 

 

TOTAL

 

 

 

 

3623

3472

7095

2023

1850

3873

1746

868

2614

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DECES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOTAL

 

 

 

 

 

 

3489

3410

6899

1156

1108

2264

9163

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

STATISTIQUE 1843 PAR BOILEAU

 

 

 

REPARTITION DE LA POPULATION PAR VILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NICE

33811

 

 

 

 

 

 

SOSPELLO

4394

 

 

 

 

 

 

BRIGA

3729

 

 

 

 

 

 

SERVIGIO

2639

 

 

 

 

 

 

VILLE FROMELI

2574

 

 

 

 

 

 

ST ETIENNE

2338

 

 

 

 

 

 

UTELLE

2136

 

 

 

 

 

 

GUILLAUME

1351

 

 

 

 

 

 

PUGET THENIERS

1168

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il pourrait s'agir respectivement de Saorge et Breil mais ces dénominations sont inconnues par ailleurs

 

pour Servigio et Fromeli

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

STATISTIIQUE 1843

 

 

 

 

POPULATION PAR AGE ET SEXE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AGE

HOMMES

FEMMES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 A 5

6689

6699

 

 

 

 

5 A 10

6299

6116

 

 

 

 

10 A 20

11760

11685

 

 

 

 

20 A 30

9201

9781

 

 

 

 

30 A 40

7630

7642

 

 

 

 

40 A 50

5367

5814

 

 

 

 

50  60

4571

4639

 

 

 

 

60 A 70

3054

2696

 

 

 

 

70 A 80

1251

931

 

 

 

 

80 A 90

304

259

 

 

 

 

90 A 100

16

23

 

 

 

 

PLUS DE 100

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOTAL

56143

56285

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nombre de garçons et hommes célibataires

 

34452

 

 

nombre d'hommes mariés

 

 

19395

 

 

veufs

 

 

 

2296

 

 

 

 

 

total

56143

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nombre de filles et jeunes filles célibataires

 

32178

 

 

nombre de femes mariées

 

 

19517

 

 

veuves

 

 

 

4590

 

 

 

 

 

total

56285

 

 

 

 

 

 

 

 

 

distribution de la population suivant la religion

 

 

 

catholiques romains

 

 

111890

 

 

protestants

 

 

 

216

 

 

juifs

 

 

 

322

 

 

 

 

 

total

112428

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                  

                            STATISTIQUE DE 1843                

                                                                    

                            POPULATION                                

                            PAR ACTIVITE                 

                                                      

PROPRIETAIRES TERRIENS      611                     

EMPLOIS CIVILS                          243                     

MILITAIRES                                    173                     

ECCLESIASTIQUES                     304                     

MAITRES ET MAITRESSES D'ECOLE     90                       

PROFESSEURS                          39                       

ETUDIANTS                                   1239                    

PUPILLES DANS LES COUVENTS         130                     

AVOCATS                                      132                     

MEDICAUX                                     97                       

MARCHANDS                                120                     

FABRICANTS                                 11                       

ARTISTES                                      187                     

COMMERCANTS                          5724                    

CULTIVATEURS PROPRIETAIRES          733                     

CULTIVATEURS EMPLOYES      2284                    

TRAVAILLEURS                           1306                    

EMPLOYES DE SERVICES                      1887                    

BERGERS                                     42                       

MARINS                                         189                     

PECHEURS                                   129                     

PAUVRES                                     274                      

CRIMINELS                                    69                       

                                                                    

TOTAL                               16013                  

                                                                                                                                                                                                                            

Bibliographie

 

Early content Journal on JSTOR, consultable sur Internet

  Statistics of Nice
John P. Boileau
Journal of the Statistical Society of London, Vol. 6, No. 3 (Aug., 1843), pp. 240-246