Chapelle St-Jean ŗ BelvťdŤre

TOMBEAUX ROMAINS DE NICE QUARTIER DE L'ARBRE


 

Mise à jour mai 2020

Dans le journal le Phare du Littoral du 13 septembre 1884 on peut lire

De gauche à droite

Texte du journal

Plan de 1883

Ancien plan cadastral

 

“découverte archéologique

En faisant exécuter des fouilles pour la construction d’un bassin dans sa propriété du quartier de l’Arbre, entre la Place d‘Armes et Saint Pons, Mr Stevano l’artificier bien connu de toute notre région vient de découvrir plusieurs tombeaux romains. Il a prévenu la Municipalité de cette découverte et Mr Brun, Inspecteur de la Société française d’archéologie, officiellement avisé, s’est immédiatment transporté sur les lieux pour constater et étudier cette découverte.

Les tombeaux fouillés jusqu’à ce jour sont au nombre de huit, ils sont tous à incinération et rangés les uns près des autres au pied des rochers de Cimiez sur une ligne qui va du nord au sud. Quelques uns de ces tombeaux sont même superposés.

Les uns sont composés d’une olla cineraria en terre cuite contenant des ossements brulés et ce vase est protégé par une petite toiture formée de deux tegulae inclinées l’une vers l’autre, et recouvertes d’une imbrex. Les deux extrémités de ce petit abri en forme de tente sont fermées par deux tegulae placées verticalement.

D’autres consistent en une amphore brisée dont on avait rapproché les deux morceaux et dans laquelle on avait déposé les cendres contenues dans une olla. Toutes les ollae cinerariae trouvées en cet endroit étaient accompagnées d’un ou plusieurs petits vases en terre grossière de la forme de l’alpé et quelquefois des lampes en terre cuitte et de phialae lacrymatoires en verre.

Parmi les objets trouvés, peu offrent un intérêt artistique; nous citerons cependant un petit vase en terre très fine, de forme bursaire genre arybal, sans anses, sur lequel sont imprimés en relief des ornements formés de feuilles de lierre et de fougères et d’un dessin archaique.

Dans l’une de ces tombes, qui sont antérieures au IV ème siècle, on a trouvé une monnaie romaine qui selon toute apparence doit être un Trajan grand bronze. Cette monnaie est très oxydée, mais l’aspect de la tête rappelle le profil de Trajan et on peut distinguer le commencement de la légende: IMP.CAES.NER qui correspond aux monnaies de Trajan IMP.CAES.NER.TRAJANUS.AVGVSTVS.

Dans tous les cas cette monnaie est postérieure à l’année 96 et antérieure à 117.

Selon toutes probabilités les sépultures en question sont du IIème siècle ou commencement du IIIème.

Mr Stevano a eu l’heureuse idée de prévenir de sa découverte, ce qui a permis de relever des croquis et de prendre des notes exactes. Il a eu l’idée plus heureuse encore d’offrir au musée de la Ville les plus beaux échantillons des objets qu’il a recueillis.

Nos sincères félicitations à Mr Stevano”

 

 

Traductions:

 

Alpé- si alphée?, vase en forme de tête

Arybal, ou aryballe – vase grec antique à panse globulaire

Bursaire- vase infusoire?

Cinerarius- relatif aux cendres

Imbrex ou imbrix –tuile ronde de couvert

Lacrymatoria-en forme de larme?

Olla – jarre, marmite

Phiala – patère, coupe

Tegula- tuile plate à rebord

 

Voir aussi:

 

http://www.archeo-alpi-maritimi.com/sarcophagescompartiments.php

 

Les sarcophages à compartiments étaient destinés à contenir des urnes cinéraires, mais dans le texte le terme sarcophage n’est pas utilisé

 

Notes:

 

Sur le cadastre de 1873 la propriété de Mr Stevano n’a pas été localisée. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. Soit il n‘était pas encore propriétaire à cette date et la transcription du changement de propriétaire avant 1884 n’a pas été faite, soit la propriété était à un autre nom. D’après la description, on peut penser à un emplacement dans le secteur du collège Don Bosco ou des Etablissements Ciffreo et Bona, notamment.

 

 

F Stevano

 

Qualifié de Maître artificier de Son Altesse Sérénissime le Prince de Monaco et de la ville de Nice

Il avait son bureau au 43 rue Victor à Nice

Il est cité dans le journal de Monaco comme étant organisateur du feu d’artifice du 3 novembre 1882 à Monaco

Il a dirigé le feu d’artifice du 14 juillet 1902 à Nice

Il faisait de la publicité notamment dans le Journal de Monaco par exemple le 2 novembre 1880

 

Brun François 1821 – après 1894, Inspecteur de la Société française d’archéologie