Point du Ramingao ŗ Roquebrune Cap-Martin

 

Culture de l’olive dans les Alpes Maritimes

 

Rapport de Bradley William Harrison

 

Résumé

 

Mise à jour 28 septembre 2021

William Harrison Bradley (1848?-1929?), a été Consul des Etats Unis à Nice

A la demande du Département d’Etat américain il a fait un rapport en date du 6 décembre 1891 intitulé: “Olive culture in the Alpes Maritimes”

Ce rapport publié par le New York State College of Agriculture at Cornell University Ithaca NY, pages 335 à 391 concerne divers aspects de la culture de l’olivier et la bibliographie fait référence aux auteurs qui lui ont servi pour élaborer cette étude.

Dans son introduction il mentionne notamment les recherches de Mr Peragallo sur les insectes plus ou moins nuisibles pour l’arbre et le fruit, de Mr Gos sur la taille, et de Mr Brullé sur la falsification de l’huile

 

Importance de l’olivier.

Il couvre environ 70000 acres dans les Alpes Maritimes (un acre vaut environ 4000 m2), il engendre un revenu de 2 millions de dollars, et c’est le seul revenu de bien des familles

 

Variétés;

Il y a deux espèces d’oliviers; l’olivier sauvage oleaster, jamais attaqué par les Dacus (insecte diptère) et le Sativa, Olivier cultivé (Olea europea sativa), souvent attaqué.

Mr Barbe dans son étude sur les oliviers décrit quatre variétés: le Blanquetier, dont l’huile est abondante, le Blavier, dont le fruit est sensible au froid, l’Arabanier ou Araban et le Cailletier

L’Arabanier donne une huile de qualité ordinaire. Il résiste mieux aux effets du vent et du gel.

Le Cailletier est connu également sous le nom de Pendoline. Il pousse mieux dans les terrains secs. il produit bien, il est robuste. Son plus grand ennemi est le Dacus oleae ou Keiron.

L’auteur cite d’autres variétés: Nirvana aussi appelé Noustrales, Auriola aussi appelé Pignola,… etc

Le Poncinere pousse partout dans les Alpes maritimes, le Calliache aussi et le Picholine sont appréciés

 

Travail d’un verger d’olivier.

Ce chapitre traite de la transplantation: de la culture et du traitement.

La plantation se fait par greffe sur on olivier sauvage,

 Mr Brullé de la Station agronomique de Nice a effectué use série d’expériences pour préconiser une formule d’engrais avec les proportions respectives (page 340):

Chiffons de laine, chlorate de potassium, sulfate de fer pour les jeunes arbres

Chiffons de laine, sulfate d’ammonium, chlorate de potassium, sulfate de fer, pour les arbres en pleine produciton

Mr Peragallo préconise un traitement tous les deux ans avant les pluies

Mr Audoynard de l’école d’agriculture de Montpellier a analysé les cendres et leur composition (page 341).

Celle-ci ne peut donner la composition des minéraux utiles pour la plante mais pour certains comme la potasse ou l’acide phosphorique elle peut être utile

 

Composition minérale du fruit

Il a de même brulé les olives et donné la proportion des divers éléments (page 343). La pulpe contient une très grande proportion de potasse

 

Consommation d’un olivier en azote, acide phosphorique et potasse

Mr de Gasparin estime qu’un olivier perd annuellement en feuilles un poids de 9 kilos, et en bois par élagage ou accident environ 5 kilos

Suit un détail des pertes.

De ses calculs il résulte que l’olivier nécessite la même consommation de fertilisant que le vigne. Parmi les fertilisants provenant d’animaux domestiques, un des plus actifs est le fumier de mouton. C’est mieux si on ajoute du phosphate

 

Formules de traitement chimiques page 343

Les proportions sont données pour un hectare ou 150 oliviers en production

Pour un sol pauvre en azote

Pour un sol pauvre en potasse

Pour un sol pauvre en acide phosphorique

 

Circonstances qui ont une influence sur la nature du traitement

Près de centres urbains on utilise les excréments provenant de la ville.

Loin des centres on peut utiliser de vieux chiffons, cuirs, os, fumier de moutons

 

Engrais avec des plantes non sèches

Dans les zones d’accès difficiles on peut faire la culture autour des arbres de plantes à croissance rapide, fèves, lupin blanc… Brulées non sèches, ells ne sont pas très nutritives

 

Epoque du traitement

En supposant une cueillette tous les deux ans, le traitement par engrais est recommandé dans l’hiver qui précède l’année de production aussitôt après l’élagage

 

Mode d’épandage des engrais

Ils doivent être répandus sur toute la surface occupée par les raciness. En pratique ils doivent être répandus sur la surface correspondant à la plus grande extension horizontale    des branches

 

Cueillette des olives.

Les olives qu’on conserve vertes sont cueilles en septembre. La cueillette de celles destinées à l’huile est à faire au milieu de l’hiver quand l’olive est noire quoique l’huile des olives ramassées aussi tard que février est préférazble pour sa conservation. Les principales raisons pour une cueillette hâtive sont que les insectes ont moins de chance de se propager.

Beaucoup de cultivateurs étendent des draps sous les arbres et secouent les branches avec des perches, ce qui est mauvais pour le fruit et pour les arbres.

La cueillette est en grande partie effectuée par des italiennes qui viennent en France pour cela. Elle sont payées à la quantité ramassée

 

Les moulins à huile

Les moulins en usage aujourd’hui diffèrent peu de ceux utilisés au cours des siècles.

Mr Brullé a inventé un moulin qui alors qu’il presse les olives, extrait la pierre (noyau) et la jette ce qui permet d’obtenir l’huile vierge, sans pierre ni kernel (noyau) mais les gens de cette région sont lents à adopter les nouvelles idées

 

L’huile vierge

Cela réclame beaucoup de soin pour l’obtenir. Les olives sont légèrement pressées de sorte que seule la pulpe est en contact avec la meule

 

Huile de première qualité

Elle est appelée “cannon oil”

Il n’y a pas d’addition d’eau. La pâte d’olive est placée dans des couffins et pressée sans addition d’eau si les olives sont fraichement cueillies

 

Huile de seconde qualité

On jette le contenu des couffins dans un bac plein d’eau froide ou chaude

La pulpe flotte, on la recueille et on la passe sous la presse

On peut encore obtenir 10% de l’huile en utilisant le bisulfite de carbone

 

Rendement de l’huile

La meilleure huile s’obtient à partir d’olives pas entièrement mûres, car les olives trop mûres donnent une huile lourde et sans parfum

Risso indique qu’une bonne année 100 kilos d’olives peuvent donner 20 kilos de bonne huile et 4 kilos d’huile inférieure, et une mauvaise année seulement 10 kilos de bonne huile et 2 d’inférieure

 

Le refus

La substance boueuse restante est utilisée comme engrais et à la fin les noyaux cassés ou grignons donnent un excellent carburant

 

Conservation de l’huile

Quand l’huile a été décantée plusieurs fois, elle doit être conservée à la fois à l’abri de la chaleur et du froid en hiver

 

Stockage de l’huile

L’huile doit être conservée dans des conteneurs hermétiquement fermés par des produits sur lesquels l’huile n’a aucune action.

L’huile exposée au froid se congèle.

Un chauffage doux la resstaure dans son état original. Sur la surface de l’huile congelée se forme une huile essentielle utilisée pour les pivots de montres par les bijoutiers.

 

Test de l’huile

Mr Brullé Directeur de l’Etablissement agricole de Nice, a perfectionné depuis deux ans deux méthodes pour tester la pureté de l’huile

 

Procédé par atmosphère d’axote

Ce procédé consiste à soumettre l’huile que l’on veut tester à l’action de la vapeur d’azote.

Si l’huile est pure elle prend une couleur jaune pâle verdâtre. Si elle n’est pas pure, elle prend une couleur jaune clair qui peut aller jusqu’à l’orange et même au rouge.

 

Second procédé

Il est fondé sur les curieux effets produits sur l’huile par le nitrate d’argent

En ajoutant une solution de nitrate d’argent dans le tube à essai et en chauffant vers 115° le nitrate d’argent se décompose et laisse une trace sur les bords du tube. Pour voir si l’huile est pure ou non, on utilise une table de couleurs de référence

 

Conservation des olives

Elles sont jetées dans des vases pleins d’eau dans laquelle une certaien quantité de salicorne a été dissoute. La salicorne ou Salsola pousse naturellement sur le côté méditerranéenne.  Les olives sont prêtes à manger quand le noyau se détache facilement

 

Elagage

Mr Gos semble d’accord avec la majorité des autorités et distingue trois cas

A - Arbres qui n’ont jamais été élagués

La meilleure méthode d’élagage est la suivante:  Etêter le sommet à une hauteur égale au plus grand diamètre de l’arbre. Eclaircir l’intérieur de l’arbre. Epargner les branches qui retombent vers le sol comme celles d’un saule pleureur. Ce ne sera souvent que quatre années plus tard que l’arbre portera des fruits

B - Arbres qui n’ont pas été élagués depuis longtemps; les arbres sont souvent trop près les uns des autres. Ils ont besoin d’air et il faut en couper certains. Puis toutes les branches mortes ou malades doivent être coupées. Après cela les arbres pourront mieux se nourrir et se déveloper, les arbres seront traités comme ceux qui sont déjà élagués régulièrement

C - Arbres régulièrement élagués. Ils doivent être élagués après la récolte. De petites branches porteront l’année suivante des fleurs et des fruits. Un élagage tous les deux ans est préférable. Les plus basses branches ne doivent pas être coupées La forme en gobelet (taille en tête ou taille rationnelle) est préférée

 

Moyens particuliers pour gérer la production des oliviers

On ne doit pas cultiver d’autres plantes entre les rangées d’oliviers

 

Récapitulation

Un élagage soigné des plus vieilles branches après la cueillette tous les deux ans serait suffisant pour les maintenir en bon état.

Le Verdale et le Lucques sont suggérés parmi plusieurs pour le conservation

Le Cailletier et le Nirvana sont probablement aussi bons pour l’huile

Un vigoureux élagage est bénéfique.

Il faut tenir les arbres bas et en forme arrondie

La cueillette pour l’huile se fait de Novembre à Mai; le plus tôt est le mieux

Les arbres commencent à produire au bout de 4 à 5 ans

Le rendement moyen par arbre est de l’ordre de 30 quarts (30 litres)

Les arbres doivent être plantés entre 40 et 50 pieds de distance

La principale maladie est la morphée

 

Ennemis des oliviers

Les mammifères

Dans certaines régions il faut se méfier des lapins et des bovins. Le rat des champs (mus sylvaticus) est un grand consommateur d’olives mais seulement de celles tombées au sol

 

Les oiseaux

En général les oiseaux aiment les olives

En automne les étourneaux sont très envahissants et bruyants. Ils se reposent dans les oliviers pendant la nuit. Ce sont des oiseaux de passage

 

Les insectes

Les oliviers doivent craindre presque tous les insectes

 

Fourmis Hyménoptères

Cremastogaster scutellaris

Elles avancent en file le long des oliviers, caroubiers et autres. Elles sucent le jus des olives blessées

Il est important de supprimer les nids sous les arbres

 

Camponotus pubescens

C’est une grosse fourmi noire qui abonde sur les arbres attaqués par la morphée. Elle semble vivre en bonne intelligence avec la cremastogaster

 

Coléoptères

 

Chlosotribus oleoe

Insectes de la famille des xylophages connu aussi localement sous les noms de Neiroun, Neiron, Courcoussoun, Babarotte, Charançon

Quand la saison de l’élagage ccommence à la fin de l’hiver ou au printemps il faut séparer les petites branches coupées qui peuvent contenir des coccinelles et autres, des grosses et brûler celles-ci

 

Phloeotribus oleoe ou Neiron.

En tenant le tronc et les branches très propres on peut détruire une grande quantité de ces insectes et aussi le Barban

 

Hylesinus fraxini

Les façons de détruire cet insecte sont les mêmes que pour le Phloeotribus

 

Cionus fraxini

S’attaque directment aux parties qui portent des fruits. On peut secouer les jeunes pousses pour faire tomber les insectes dans un parapluie renversé

 

Peritelus Schoeherri

Du fait de sa taille relativement grande on peut l’attraper à la main ou faire comme précédemment

 

Peritelus cremieri

Signalé en Italie mais pas dans le sud de la France, comme d’autres insectes divers.

 

Cantharis yesicatoria (Linnéa)

Ne semble pas être un ennemi sérieux des oliviers

 

Neuroptéra

S’attaque aux bois morts ou presque. Pour le détruire on emploie l’eau bouillante et le feu avec précaution

 

Hemiptera

Parmi les remèdes contre ces insectes on peut blanchir à la chaux le tronc et les plus grosses branches. La manière la plus efficace de combattre cet insecte est un élagage vigoureux en brûlant tous les résidus d’élagage

 

Faux pucerons (psylla)

Ils sont appelés Sauteret à Grasse et Blanquet à Toulon.

Un vent modéré pendant la floraison chasse le coton laissé par le psylla et libère les fleurs

 

Cochenilles

Dans le sud de la France beaucoup d’arbres sont couverts de noir ce qui indique la présence d’un champignon dit fumagine. Pour éliminer la cochenille et détruire les nids il faut injecter des lotions de d’eau et de vinaigre ou de pétrole

 

Lépidoptères ou papillons

Pour détruire ces insectes on peut allumer des feux la nuit où ils viennent se brûler, ou disposer dee cordes enrobées de miel. Le mieux cependant est de souvent retourner le sol au pied des arbres

Margarodes unionalis Cette pyrale est nombreuse en Provence

Lelleria oleastrella: on peut l’attraper la nuit mais pas facilement

Boarmia umbraria: n’est pas très dangereux car il attause les vieilles feuilles des grands arbres

Metrocapa honoraria, Acherontis Atropos, Sphynx ligustri

 

Dipterans

Le Dacus oleoe, appelé communément Gueirou, Keiroun ou Keiron, est le plus grand ennemi des cultivateurs. Les années de grande invasion de Dacus, quand on voit que les olives changent de teinte il faut ramasser. Les larves de Keiron quittent le fruit aussitôt qu’il cesse d’être nourri par l’arbre. Il est dangereux de laisser les olives attaquées par les larves de Keiron sur le sol car en sortant du fruit elles trouvent un abri dans les inégalités du sol pour accomplir leur transformation

 

Les amis des olives

Eupelmus urozonus et Elophus pectinicoris. Leurs larves se nourrissent des larves de Dacus

 

Récapitulation

 

1 - Elaguer à la fin de l’hiver ou au début du Printemps au plus tard. Couper les branches malades et les très petites branches au sommet des arbres que préfèrent les insectes; Enlever les petites branches et les brûler la nuit même. Ainsi une grande quantité de Phmoeothrips, chenilles, faux pucerons et papillons seront détruits. Faire de petits tas avec les très grandes branches (sous entendu:coupées), les laisser comme appât pendant environ 20 jours puis les stocker après les avoir détachées de l’écorce qui doit être roussie ou arrosée d’eau pendant une semaine; de grandes quantités de Philoeotribus ou Keiron et Hylesinus qui auraient mangé les jeunes tiges et produit de nouvelles générations d’insectes seront ainsi détruites.

2 – Papillons, pyrales, vers de mites peuvent aussi être détruits en étendant à tavers les arbres des fils couverts de miel sur lesquels les papillons seront pris la nuit et les Keiron durant la journée.

3 – Surveiller les pousses de mars à l’hiver; secouer les doucement tôt le matin au dessus d’un parapluie retourné dans lequel les larves de coleoptères et les chenilles tomberont; ne pas détruire les araignées et les coccinelles

4 – Utiliser contre le Dacus ou Keiron la méthode de Mr Bertrand qui consiste à pendre entre les branches quand la mouche apparait aussi tôt que le milieu de septembre des récipients contenant quelque liquide doux et collant

5 – En ce qui concerne la cochenille les faux pucerons et la morphée, couper les arbres ou les élaguer vigoureusement quand ils sont situés dans des zones humides, et dès que la cochenille apparait  Il faut la chasser et traiter l’arbre comme décrit ci-dessus.

6 – Pour combattre le Phloethrips tenir le tronc et les branches aussi lisses que possible afin de détruire les nids et ne pas laissser de trous dans les arbres spécialement dans les plus hautes parties

7 – Donner de l’air aux plantations, donner de l’espace entre les arbres, drainer le sol, brûler doucement les mauvaises herbes afin d’assécher l’atmosphère et faire de la fumée, généralement la nuit

8 – Ne pas laisser par terre les olives qui sont tombées. Les ramasser ou les écraser

9 – A la récolte, ramasser et brûler les chenilles et larves de Dacus et les papillons tombés sur les feuilles

10 – Ne laisser les olives que peu de temps en stockage

11 – Dans les lieux de stockage garder les fenêtres fermées; remuer les olives deux fois par jour et balayer les larves et pupes de Dacus

 

 

https://archive.org/details/cu31924003396235/page/n2/mode/2up?q=Olive+culture+in+the+alpes+maritimes

https://www.departement06.fr/statistiques-du-departement-des-alpes-maritimes-par-f-e-fodere/l-arboriculture-de-l-olivier-du-citronnier-du-carroubier-6299.html

 

Commentaire J Sarale

 

Certaines affirmations du Consul ne sont plus d'actualité. 

Ainsi aujourd'hui on estime que l'huile se conserve mieux avec une récolte plus hâtive.

 L’emploi de la salicorne qui pousse au bord de mer reste tout à fait marginal, en revanche Bradley n'indique pas d’ajouter du sel ni d’utiliser de l’eau froide mais après avoir été portée à ébullition.

Pour les maladies de l’olive et de l’olivier seuls le dacus (mouche de l’olivier) et la fumagine sont répandus.

Les rendements d’huile sont un peu plus bas que dans la moyenne d'aujourd'hui dûs aux techniques des moulins modernes.

Il semble également indiquer que la récolte doit se faire une année sur deux ce qui n’est pas le cas même si effectivement, la quantité d'olives récoltée varie beaucoup d’une année sur l’autre.

Dernière remarque concernant la conservation des olives pour l’huile, de nos jours on préconise de les conserver dans un endroit frais et aéré et non clos.

 

 

 

Résumé d’un article émanant des Archives départementales

 

Cet article est la transcription d’un document dâtant de la période révolutionnaire (après 1800) non signé:

 

Espèces

Le nosral (picholina)

La Puncia Nera (Salierna)

La Colombiana (le Royal)

Le Broquench (Cayanne)

La Sauvage

La Batolina participe de la Sauvage

Chaque Canton donne des noms diférents; On peut rapporter au Nostral de Nice l’olivier de grappe ou la Caione

 

Obtention

On greffe au mois de Germinal

 

Culture

Les oliviers doivent avoir entre eux au moins 5 mètres de distance

On laboure le sol. On élaguechaque deux ans

 

Production

L’olivier ne donne abondamment du fruit que tous les deux ans

 

Frais de culture

L’auteur donne des datials ur les différents frais

 

Maladies

Cinips Oleac ou Ciaron

Cassida et un Staphilin

Morphée

 

Conservation

En attendant d’aller au moulin, on conserve les olives dans un endroit sec et aéré

Il ya beaucopu de fraude chez les meuniers

Les sacs de jonc s’appellent sportins

 

Statistique

Il y a dans le Département 188 moulins dont 158 à eau et 30 moulins à sang

 

Description

Suit une description de l’huile de resense et de l’huile d’enfer

 

Article de Cassini vers 1850 sur l’olivier

Voir sur Internet:

http://www.archeo-alpi-maritimi.com/oliviersvers1850.php