mise à jour juillet 2013

 

-

 

SOURCES DE BERTHEMONT LES BAINS 06450

 

Mise à jour Avril 2015

 

Prospection Jacky Sarale, Raoul Barbès

 

De gauche à droite:

édicule source Gavini et  détail, article du journal

Le long du chemin qui mène aux sources, en amont de l’établissement thermal on peut voir sur le côté gauche de la piste un petit édicule avec une plaque « source Gavini, souvenir du 30 juillet 1865 »

Un peu au-dessus de cette construction se trouve la ruine d’une maison pas très ancienne. La source Gavini n’est pas mentionnée par ailleurs.

Le journal de Nice du 3 aout 1865 mentionne en page 2 la visite du Préfet Gavini « de Dimanche » avec certains détails concernant notamment la voirie. Or le Dimanche précédant le 3 aout était bien le 30 Juillet d’où la raison de la plaque apposée en l’honneur de cette visite.

Une source avait-elle été conduite jusqu’à cet édicule ?

De gauche à droite:

source Saint Julien, regroupement des sources

On possède sur Berthemont un certain nombre de documents anciens, mais qui en partie se  répètent

 

Traduction du Texte de Casalis ()

 

« Gioffredo dans sa chorographie des Alpes Maritimes, raconte qu’en son temps on a découvert trois sources salubres  distantes d’un peu plus d’un mille  de Roccabigliera  dans le mandement de S.Martino Lantosca. Elles se situent dans une vallée bien cultivée et arrosée par d’autres sources d’eau commune, au pied  de sommets très élevés. La première de ces sources  dont les eaux viennent de l’est, s’appelait alors de S.Giuliano ; la seconde distante de la première d’environ quarante pas fut dite de S.Gio. Battista ; la troisième à cent pas environ au dessus de celle de S.Giovanni Battista fut dénommée de S. Michele. Une autre source  d’eau médicinale  fut ensuite aussi découverte  et celle-ci se trouvait à dix coudées au dessus de celle de  S.Gio. Battista.

A peine reconnues ces sources salubres, on y conduisit  le proto médecin Giulio Torrini qui vit près de ces sources  des ruines d’antiques habitations, qui en des temps très reculés avaient été construites  pour la commodité des malades ; indice manifeste  d’avoir été dans des temps des établissements de bains très connus et fréquentés, qui du fait des neiges et des éboulements  furent la plupart du temps enfouis et les sources enterrées.

Mises au jour ultérieurement du fait d’autres accidents, beaucoup de personnes y accoururent de divers endroits avec succès en cas de convulsions ; pour diverses infirmités, principalement, du fait de la libéralité de Madame Royale (note : Marguerite de Valois, fille de François 1er ?) »

 

Transcription du texte d’un frère des Ecoles Chrétiennes ()

 

Il a repris le texte de Roubaudi () page 127, qui en 1843, préconisait l’ouverture d’une route pour accéder au site.

 

« De toutes les eaux minérales du Comté de Nice, celles de Lancioures ou de Berthemont sont les plus remarquables. On les dit très efficaces contre les affections cutanées et contre plusieurs maladies. Ces eaux sortent de trois sources peu éloignées les unes des autres sortant du pied des rochers de Gneiss, contiennent les mêmes principes minéraux  et ne diffèrent que par leur degré de température. Celle de Saint Michel est froide et sert ordinairement de boisson. La température de la source de Saint Jean Baptiste est de 24° Réaumur, celle de Saint Julien de 23°. Du reste les eaux de ces trois sources sont parfaitement claires et limpides légèrement onctueuses au toucher, leur saveur est à peine sensible ; leur odeur fort désagréable et analogue à celle des oeufs couvés. Ces eaux rougissent la teinture de tournesol ; elles jaunissent l’argent et noircissent le mercure ; elles précipitent en noir les sels de plomb  et conservent cette propriété malgré l’ébullition »

 

Par ailleurs le Docteur Pollet  a présenté un mémoire  devant la Société Médicale de Nice  sous le titre « eaux minérales et thermales de Berthemont  en 1865 » consultable sur Internet. Il parle de neuf sources et il est très affirmatif sur la présence de l’impératrice romaine Salonina

 

Dans le blog des Amis de Berthemont consultable sur Internet  « Histoire de la cure, du 8 juillet 2009, on peut lire « le 15 mars 1863 le Préfet Gavini au vu des délibérations du Conseil Municipal de Roquebillière des 19 et 22 décembre 1862 et du 25 janvier 1863 ….prenait un arrêté  relatif à l’exploitation des sources par la Société Bergondi et Debois

 

Le BRGM  dans une étude  sur la prospection des teneurs en gaz radon d’avril 1990, ne mentionne que les sources Saint Jean Baptiste et  Saint Julien

 

Michel Compan () a publié un article sur des documents d’archives relatifs aux sources

 

En 2015 un nouvel établissement thermal est en construction

 

 

Bibliographie

 

Dizionario geografico storico statistico commerciale compilato per cura del Professore e Dottore di Belle Lettere

Gioffredo Casalis Cavaliere dell’ordine de SS Maurizio e Lazzaro

Opera molto utile agli impiegati nei pubblici e private uffizi a tutte le persone applicate al foro alla milizia al commercio e singolarmente agli amatori delle cose patrie

Bibliothèque municipale de Nice

Tome XI B 8143 – date 1843

 

Frère des écoles chrétiennes, le jeune Niçois instruit de sa patrie ou notices historiques sur la ville et le Comté de Nice, société topographique 1850

 

Roubaudi Louis – Nice et ses environs  -1843 – Paris Turin

 

Compan Michel – cahiers de l’AMONT – thermes de Berthemont