INSTITUTIONS CHARITABLES


 Mise à jour 22 septembre  2010

  

Selon Casalis, on voit qu’un certain nombre de villages comportent des Monts de Piété ou Granatiques, existant souvent grâce à des donations.

Les noms des villages ont été laissés en italien.

Quand pour un village il est noté « pas d’indication », ce n’est pas forcément qu’il n’y avait pas d’institution mais il peut s’agir (dans certains cas seulement) d’un oubli de l’auteur.

On peut voir aussi que la présence ou non d’une institution charitable n’est pas liée à l’importance du village.

Selon Paul Canestrier () page 457, les Monts Granatiques existaient dès le XVIème siècle et furent consacrés par un édit royal de 1717. Selon lui, ils ont été supprimés à la Révolution, réorganisés en 1814,  et rendirent des services jusque vers 1885.

Plusieurs articles de la Revue Nice Historique sont consacrés à l’institution hospitalière et aux Monts de Piété.

A plusieurs reprises l’unité de mesure mentionnée est « staja » ou « stara »

P. Charbonnier () page 61, indique que le « staio » valait selon les endroits de 25 à 30 kilos environ.

Staio et staja en italien sont peut être deux variantes du même mot

 

 

Ascros : non précisé

Aspromonte : Mont de Piété « Granatico », et un cens pour les honoraires du prédicateur de carême

Auvare : Mont de Piété dont les administrateurs deux ou trois fois par an fournissent du froment à ceux qui en ont besoin avec l’assurance qu’il soit rendu après la récolte

Bairols : non précisé

Belvédère: non précisé

Berra: non précisé

Beuil : une commission de bienfaisance présidée par le syndic secoure les plus pauvres et les malades du pays, grâce à quelques revenus d’un hospice de charité

Breglio : il y a là un hôpital dénommé du Saint Esprit qui peut recevoir 100 malades

Briga : il y a quatre institutions de bienfaisance appelées Monts de Piété dont les rendements permettent chaque année de doter de pauvres et dignes demoiselles. Elles portent le nom de leurs fondateurs : Alberti, Lanteri, Sassi et Spinelli.

Castelnuovo di Nizza : pas d’indication

Château-neuf d’Entraunes : au dessus de la sacristie de l’église paroissiale  a été construite une habitation qui sert de Mont de Piété

Cigale : il y a là deux institutions de bienfaisance publique, c'est-à-dire un hôpital qui peut recevoir quinze malades  et un Mont Granatique de Piété

Clanzo : il existe un Mont Granatique; au temps des semences et en cas de disette il peut distribuer soixante « staja » de froment  environ  avec obligation de restitution suivant l’usage du pays. Le pieux et méritant Barnoin  a fait il y a peu d’années un legs de plus de vingt mille lires dont les revenus devront être distribués aux pauvres de Clanzo après le décès de la veuve du fondateur.

Coarazza : non précisé

Contes : Il y avait là dans l’ancien temps un hôpital qui est maintenant en ruines et privé de revenus

Cuebris : Mont de Piété Granatique

Daluis : non précisé

Drappo : non précisé

Duranus : non précisé

Entraunes : pas d’indication

Eza : non précisé

Falicon : non précisé

Gilletta : pas d’indication

Gorbio : pas d’indication

Guillaumes: une œuvre pieuse  sous la dénomination de S Giacommo pourvoit aux besoins des  malades pauvres et distribue aux indigents chaque jour quelque subside

Illonza: non précisé

Isola : non précisé

Lantosca : il existe un petit hôpital dont les revenus sont très faibles : il est administré par l’archiconfrérie locale des gonfalons. Cette archiconfrérie  et les paroisses de Pélasque et de Saint Colomban ont un Mont Granatique qui entre autres ne correspond pas aux besoins de la commune

La Penna : Il y là un Mont de Piété Granatique dont les administrateurs distribuent une certaine quantité de froment à ceux qui en ont besoin pendant les mois de Mai et Juin. Le froment prêté est restitué à la récolte de cette céréale avec un très petit intérêt

La Torre : Le pays a l’avantage d’un Mont de Piété et de deux donations pieuses dont le revenu annuel est distribué aux pauvres de la commune

Levenzo : non précisé

Lieuccia : non précisé

Lucerame : Il existe un hôpital pour les malades pauvres, et un Mont de Piété ( dans son livre sur Luceram - Alandis éditions, l'abbé Salvetti donne en page 71 et suivantes de nombreux détails sur le Mont de Piété)

Malausséna : non précisé

Maria : non précisé

Massoins :  en 1742 fut fondée par l’abbé Demichelis, chapelain royal, une œuvre pieuse avec un capital de quatorze mille lires, dont les revenus étaient destinés à secourir les pauvres, et à procurer un métier à quelques jeunes de ce ressort et appartenant à des familles qui n’étaient pas à l’aise.

Il y a un Mont Granatique de Piété, qui distribue à l’occasion des semences et en cas de besoin cent cinquante « staja » de grains, avec l’obligation de restitution au temps de la récolte

Peglia : non précisé

Peglione : pas d’indication

Penna : pas d’indication

Peone : Il y a un Mont Granatique de Piété, dont les administrateurs distribuent des céréales à ceux qui en ont besoin à condition qu’ils rendent la même quantité que celle qui leur a été prêtée

Pierlas : pas d’indication

Pietrafuccco : la seule œuvre de bienfaisance publique qui existe est celle d’un Mont Granatique

Poggetto Théniers : Il y a quelques œuvres de bienfaisance publique, c'est-à-dire un petit hôpital, qui ne peut contenir plus de deux lits et une œuvre pieuse qui avec un revenu triennal de cinq cents lires, fournit une dot à une fille pauvre et honnête et fait apprendre un métier à un jeune de famille indigente, ou secoure un clerc afin qu’il puisse continuer ses études au séminaire

Rimplas : Il existe un Mont Granatique, qui distribue au printemps une certaine quantité de céréales à qui en a besoin, qui doit être rendue à la récolte suivante 

Robbione : il y a un Mont Granatique qui distribue chaque année aux paysans qui en ont besoin cent soixante quatre « stara » de seigle avec l’obligation de restitution à l’époque de la récolte

Roocabigliera : Il y a un petit hôpital qui a été édifié dernièrement et un Mont Granatique

Roccasterone : il y a un Mont de Piété qui prête de l’argent  et des céréales  à un intérêt très modique  et distribue des secours à domicile aux indigents

Rocchetta del  Varo : pas d’indication

Rora di Nizza : Pour les pauvres, il y a deux oeuvres de bienfaisance c'est-à-dire une congrégation de charité et un Mont Granatique

S.Agnese : pas d’indication

S.Andrea : pas d’indication

S.Antonino : pas d’indication

S.Biagio : pas d’indication

S.Dalmazzo Salvatico : pas d’indication

S Léger : pas d’indication

S.Martino d’Entraunes : pas d’indication

S.Martino Lantosca : au bénéfice des paysans il y a deux Monts Granatiques

S.Salvatore : il y a un Mont Granatique qui sert à distribuer des céréales à qui en a besoin pour semer les terres dont on fait la restitution au temps des récoltes

S.Stefano di Tinea : une congrégation de charité distribue annuellement aux pauvres un revenu annuel de 1200 lires ; il y a deux Monts de Piété

Saorgio : il y a un hôpital sous le nom du Saint Esprit capable de recevoir quinze malades. Il y avait quelques Monts de Piété qui ont périclité parmi lesquels un dénommé le petit Mont de Miséricorde, uni à la congrégation de charité

Scarena : il y a un hôpital, et un Mont de Piété

Sospello : il y a un hôpital civil dit de S Eligio, une congrégation de charité qui secoure les indigents à domicile et un Mont Granatique de Piété

Tenda : le village de Tende a l’avantage d’avoir un hospice de charité, qui pourvoit aux besoins des indigents

Thiery : en 1826 Antonio Leotardi laissa une somme  de 4000 lires en testament, sous condition que les intérêts de cette somme servent à perpétuité à doter une fille pauvre du pays

Todone : A l’avantage des indigents, il existe un Mont Granatique  et un Institut de pieuse bienfaisance

Toetto di Boglio : pas d’indication

Toetto Scarena : il existe une confraternité de pénitents blancs. Il existe une ouvre pieuse qui distribue des secours aux indigents

Tornaforte : pas d’indication

Torretta di Levenzo : il y a un hospice de charité

Torretta Revest : il y a des œuvres de bienfaisance publique dites Monts Granatiques

Trinita Vittorio : pas d’indication

Turbia : il y a un hôpital dont les revenus sont maigres

Utelle : a un hôpital fondé grâce à la charité du prêtre méritant D. Gioan Battista Ghinaudi utellois en 1765 ; ce pieux édifice est très commode ; on y reçoit seulement les malades pauvres de la commune au nombre de huit égal au nombre de lits existants : il distribue aussi des secours à domicile à ceux qui ne peuvent se déplacer, et constitue des dots de temps en temps à des filles pauvres suivant les fonds disponibles

Val di Blora : pas d’indication

Villafranca di Nizza : il y a là un hôpital, petit mais bien construit, et bien situé, il appartient à la société des confrères réunis de S. Gerolamo et du Saint Esprit

Il y a aussi un petit Mont de Piété

Villar del Varo : Il y a un Mont Granatique

Bibliographie

Casalis G. Dizionario geografico storico statistico commerciale compilato per cura del Professore e Dottore di Belle Lettere , Cavaliere dell’ordine de SS Maurizio e Lazzaro

Opera molto utile agli impiegati nei pubblici e private uffizi a tutte le persone applicate al foro alla milizia al commercio e singolarmente agli amatori delle cose patrie

Charbonnier P. – Anciennes mesures locales du Midi Méditerranéen d’après les tables de conversion – publication de l’institut d’études du Massif Central -  M3 1185 bibliothèque Barbéra Barral – La Turbie

Jules Eynaudi et Louis Cappatti - Dictionnaire de la langue niçoise – éditions Academia Nissarda – 2009, pages 495 à 501

 
        Val di Blora pages 513 à 517
        Val d’Entraunes page 611
        Val di Lantosca page 654
B 8159
        Rien pour le Comté 8160